Vanclief espère que les éclaircissements convaincront les trois ministres

Halifax (Nouvelle-Écosse), 28 juin 2002 – Le ministre fédéral de l’Agriculture, Lyle Vanclief, a indiqué qu’il n’était disposé à faire aucune concession pour convaincre les trois provinces qui ont refusé de signer l’accord cadre agricole de 5,2 milliards $.

Il a cependant souligné que les éclaircissements qui seront apportés devraient suffire à convaincre la Saskatchewan, le Manitoba et le Québec de se rallier aux autres provinces.

« Je suis confiant qu’avec les éclaircissements offerts, nous pourrons réaliser bientôt l’accord », a déclaré le ministre au terme de trois jours de négociations avec ses homologues provinciaux.

Jeudi, le Québec n’était pas présent à la cérémonie de signature. Le ministre de l’Agriculture, Maxime Arseneau, a déclaré qu’il était d’accord avec les grands principes de l’entente-cadre, mais qu’il n’avait pas réussi à obtenir des garanties de flexibilité de la part du fédéral, non plus que de données précises quant aux sommes supplémentaires impliquées et à leur répartition entre les provinces.

La ministre de l’Agriculture du Manitoba, Rosann Wowchuk, est restée assise avec le public pendant que ses collègues provinciaux attendaient en file de signer l’accord controversé avec le ministre Vanclief.

Au terme de la conférence, vendredi, Mme Wowchuk a cependant déclaré qu’elle avait obtenu certaines réponses, et qu’elle allait soumettre les programmes aux agriculteurs avant de donner son consentement final.

Le ministre de la Saskatchewan, Clay Serby, qui a aussi refusé de signer l’accord, a quitté discrètement la réunion sans faire de commentaires.

Le gouvernement fédéral est prêt à investir 600 millions $ par année pendant deux ans, dans un fonds de financement pour venir en aide aux agriculteurs affectés par la sécheresse et les autres difficultés liées au marché. Il demande aux provinces de contribuer environ 480 millions $ par année.

Plusieurs provinces ont critiqué le projet, alléguant qu’il est directement lié au différend commercial avec les Etats-Unis et ne doit pas être assumé par les provinces.

Le ministre Vanclief a indiqué que si les provinces dissidentes n’acceptaient pas l’accord, les agriculteurs auraient quand même accès à la portion fédérale du fonds.

L’Ile-du-Prince-Edouard, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest ont fait part de leur intention de finaliser l’entente dès qu’ils auront reçu l’autorisation de leur gouvernement.

L’Alberta et l’Ontario se sont engagés à contribuer au fonds à hauteur de 40 pour cent. Le ministre de l’Agriculture de la Colombie-Britannique a indiqué jeudi qu’il allait signer l’accord, mais que sa province n’avait pas les moyens de payer sa part.

Source : Presse Canadienne

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires