2e cas de DEP au Québec

L’équipe québécoise de santé porcine (EQSP) a indiqué qu’un 2e cas de diarrhée épidémique porcine a été détecté au Québec sur une ferme d’engraissement en Montérégie au Québec. Le 5 novembre, en fin de journée, le MAPAQ a confirmé à l’EQSP que des neuf tests de fluides oraux d’un site d’engraissement ( sans truies) se sont révélés positifs au test PCR-DEP, confirmant ainsi que les porcs sont infectés par la maladie. Les signes cliniques caractéristiques de la maladie, diarrhée et vomissements, ont été observés dans le troupeau. Les porcs de ce site proviennent tous de l’Ontario.

La ferme serait toutefois isolée et à plus de 10km de distance de site d’élevage commercial de porcs alors que la zone à risque considérée par la EQSP est de 5km. C’est aussi la raison pour laquelle le nom de l’éleveur n’a pas été dévoilé. Les mesures d’autoquarantaine et de biosécurité rehaussée sur le site ont été appliquées sur le site. L’Équipe a de plus indiqué que le plan d’action servira de référence à la fois quant aux mesures pour éradiquer la maladie et auprès des intervenants sur le site.

Plus tôt cette semaine le virus de la DEP avait été détecté dans les installations d’un centre de rassemblement de porcs à Roxton Falls. Les résultats ont été obtenus le 31 octobre dernier. Un test environnemental positif signale que le virus de la DEP est présent dans un lieu et donc, que les animaux pourraient contracter la maladie s’ils entraient en contact avec ce dernier.

Les installations ont été vidées de leurs animaux dans les derniers jours. Le centre a été fermé afin de le laver et le désinfecter. D’autres mesures seraient mises en place dont certains travaux de réfection afin d’assurer l’éradication du virus et minimiser les risques de contamination future. Les clients du centre ont de leur côté été avisé au cours de la dernière fin de semaine.

L’EQSP a de plus ajouté que des tests positifs au virus avaient été relevés dans des lots de farine de viande. Depuis près d’un mois, trois meuneries ont rapporté 6 lots de farine de viande positifs. La farine n’a pas été introduite directement dans des moulées pour porcs. La possibilité d’une contamination croisée a toutefois été soulevée puisque le produit est utilisé dans des meuneries fabriquant des moulées pour porcs. Les lots de farine proviendraient essentiellement de l’Ontario. Des mesures auraient été prises pour s’assurer que l’environnement des meuneries n’était pas contaminé. Deux d’entre elles ont informé l’EQSP qu’elles exigeront dorénavant une garantie d’un approvisionnement en farine de viande du Québec de la part de leur fournisseur habituel.

L’EQSP a profité de la situation pour rappeler ses recommandations, soient de ne plus utiliser d’ingrédients protéiques de source porcine dans les aliments destinées aux porcs, en plus de tester les installations sur une base hebdomadaire.

Le vétérinaire en chef de l’Équipe québécoise de santé porcine, François Cardinal, avait déjà fait part de ses craintes de l’apparition du virus au Québec cet hiver en raison des risques de contamination venant de l’Ontario où 120 fermes sont porteuses du virus. Pour lire l’article: L’hiver s’annonce difficile pour la DEP.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires