Employés technos recherchés

Quelles qualités devraient se trouver tout en haut de notre liste de critères pour l’embauche d’un nouvel employé : sa force physique ? Son ardeur au travail ? Sa ponctualité ? Et s’il fallait tout revoir et privilégier les jeunes qui adorent les nouvelles technologies ?

C’est ce que conseille Wes Thompson, le propriétaire de Blenheim, une entreprise agricole qui emploie 300 personnes en Ontario.

Pour pallier au manque de main d’œuvre, l’homme d’affaires croit qu’il est temps de sortir du cercle habituel de recrutement (en puisant dans les ressources autour de nous) et favoriser des jeunes qui souhaitent s’installer à la campagne et qui détiennent des compétences que l’on peut transférer à l’agriculture.

Dans une entrevue qu’il a accordée au Toronto Star, M.Thompson dit qu’il est temps de cesser de croire que les plus jeunes travaillent moins forts que leurs ainés. Selon lui, les énergies déployées par les plus jeunes complètent parfaitement le niveau d’expérience de leurs prédécesseurs.

Dans sa recherche de nouveaux employés, il privilégie les jeunes qui se montrent créatifs et ouverts aux changements, à l’image de l’agriculture d’aujourd’hui.

Cependant, avant de songer à recruter des citadins, il faut d’abord changer la perception qu’ont ces derniers des emplois à la campagne.

Bien sûr, les heures de travail sont souvent longues. Mais un emploi en agriculture a tout ce qu’il faut pour attirer des candidats aimant l’informatique, les ressources humaines, la robotique, la génétique, la chimie et les sciences
agronomiques… et les GPS.

Commentaires