Comment prélever des échantillons dans le but d’observer les racines

Si on soupçonne un problème racinaire et qu’on décide de prélever des échantillons, il est important de prélever des plantules « malades » et des plantules saines afin de pouvoir comparer au moins ces deux états de santé des plantules. Lorsque possible, le prélèvement de plantules mortes compléterait avantageusement la comparaison.

Si on soupçonne un problème racinaire et qu’on décide de prélever des échantillons, il est important de prélever des plantules « malades » et des plantules saines afin de pouvoir comparer au moins ces deux états de santé des plantules. Lorsque possible, le prélèvement de plantules mortes compléterait avantageusement la comparaison.

Préparation des racines
Pour bien observer la présence de maladies sur les racines et les collets des plantules, il est essentiel de bien les laver pour enlever toutes traces de sol. Lors de cette opération, il est important de préserver les parties de racines affectées par les maladies. Cela exige certaines précautions, car les parties malades sont plus fragiles que les parties saines.

Le type de sol influence la facilité de l’opération. Ainsi, un sol léger et sablonneux sera plus facile à éliminer qu’un sol argileux. On peut placer les plantules sur un tamis ou une passoire et les agiter doucement dans de l’eau contenue dans un seau. Si le sol reste collé, on peut les laisser tremper pendant 15 à 30 minutes et ensuite laver les racines directement dans la passoire avec un jet d’eau léger (position douche ou « brume » sur un pistolet d’arrosage). Le tamis supportera les racines et réduira les dommages causés par le jet. Un peu de pratique permettra de faire les ajustements nécessaires.

Observation des racines

Déposer les plantules lavées sur un essuie-tout blanc et éponger le surplus d’eau avec un autre essuie-tout. Placer côte à côte des plantules saines et des plantules malades et comparer l’état des racines. En général, les racines saines sont blanches et bien développées avec des racines secondaires et des radicelles. Les racines malades peuvent présenter des taches ou des portions brunes. Parfois, elles sont tronquées et l’extrémité est brun foncé. Il existe une grande variabilité de symptômes. Il faut aussi observer le collet. Dans certains cas, la maladie est concentrée au collet.

Dans le cas des céréales, il peut être possible de déterminer la provenance de l’inoculum, soit du sol ou de la semence. Lorsque le rhizome (la partie qui sort de la semence et qui va jusqu’au collet) ou les racines séminales (les premières racines qui sortent de la graine) sont brunis ou pourris, le champignon pathogène provient probablement de la semence. Lorsque ce sont les extrémités des racines qui sont brunes et pourries et que les parties près de la graine sont saines, on peut alors soupçonner un inoculum provenant du sol.

À noter que le plus important est de pouvoir noter les différences entre les racines des plantules saines et celles des plantules malades. Une analyse par le laboratoire de diagnostic est nécessaire pour identifier la maladie.

Échantillons pour le laboratoire
Prélever des plantules avec le sol dans les zones de plantes saines et dans les zones de plantes malades et les envoyer au laboratoire. Pour éviter le dessèchement des racines et l’effritement des mottes, placer les mottes de terre dans des contenants de plastique (pots de margarine ou de crème glacée) puis dans un sac de plastique noué contenant de l’air et mettre le tout dans une boîte de carton. Garder le paquet au frais avant de l’envoyer par courrier rapide. Ces précautions sont nécessaires, car certains champignons pathogènes meurent facilement.

Lisez l’avis du RAP complet, avec photos, en cliquant ici (PDF)

 

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires