Ligne de temps

D’autres pays ferment la porte au boeuf canadien

Les réactions se multiplient à la suite de l’annonce d’un cas de vache folle en Alberta la semaine dernière. Après la Corée du Sud et l’Indonésie, c’est le tour du Pérou, le Bélarus et Taïwan d’imposer des restrictions à l’importation de bœuf canadien. Selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), ces pays ont instauré des mesures temporaires sur le bœuf et les produits du bœuf.

L’ACIA dit mener une enquête en examinant entres autres les aliments utilisés pour nourrir l’animal durant sa première année de vie. L’animal né en 2009 provenait d’un élevage situé au nord d’Edmonton.

Le ministre de l’Agriculture, Gerry Ritz, a indiqué la semaine dernière qu’il n’entrevoyait pas de conséquence sérieuses sur les exportations. Il a rappellé que le Canada a souscrit à des protocoles internationaux qui permettent une douzaine de cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) par année, une norme respecté par le Canada.

Deux représentants des producteurs de boeufs de l’Ouest, Doug Gillespie, président de l’association de producteurs de bœuf Saskatchewan et le vice-président de l’association nationale des producteurs de bœuf, la Canadian Cattlemen’s Association, se sont montrés d’accord avec le ministre.

 

Source: La Presse canadienne

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires