« Enfin » une bouffée d’air frais dans les marchés!

Décidément, le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) n’a pas fini de nous surprendre cette année.

Ce lundi 30 septembre, nous attendions avec impatience le rapport sur les stocks américains de grains au 1er septembre dernier. Ce rapport était particulièrement important pour plusieurs raisons :

  • Il permet d’établir les stocks réels de maïs et soya aux États-Unis pour débuter la nouvelle année commerciale (2019-20).
  • À partir des niveaux de stocks, il est possible d’établir l’écoulement réel de grains, la demande, qui a eu lieu au cours des mois précédents.
  • Articles connexes

  • Dans les cas du maïs et soya, avec une année complète derrière nous, il permet de bien ventiler les chiffres de demande : éthanol, exportations et consommation animale dans le maïs; trituration, exportations et la demande résiduelle dans le soya.
  • Basé sur l’offre et la demande de la dernière année, le USDA réajuste aussi le tir au besoin concernant l’importance des récoltes de l’année précédente. C’est d’ailleurs souvent le cas dans le soya.

Enfin, nul besoin de dire qu’advenant des stocks plus faibles que prévu, le contexte et les perspectives de marché peuvent alors changer. Et ce fut tout à fait le cas hier, beaucoup plus que ce que les marchés avaient anticipé.

Dans le maïs, le USDA a indiqué que les stocks au 1er septembre dernier étaient de 2,114 milliards de boisseaux (53,7 mil. de tonnes). Ce résultat est jugé positif à bien des égards :

  • Les prévisions des marchés étaient complètement hors champs à en moyenne 2,428 milliards de boisseaux; même la plus faible à 2,298 milliards de boisseaux.
  • Avant la publication de ce rapport, la dernière prévision mensuelle du USDA était que les stocks américains pour débuter 2019-20 seraient de 2,445 milliards de boisseaux. On parle donc bel et bien d’une réduction considérable de 331 millions de boisseaux (8,4 mil. de tonnes).
  • Ayant sous la main les chiffres d’exportations et de demande pour l’éthanol, ce rapport met en relief une demande pour l’alimentation animale beaucoup plus importante que prévue au cours de la dernière année (2018-19) aux États-Unis de 317 millions de boisseaux (8,05 mil. de tonnes). Dans cette veine, cette demande se devrait d’être aussi plus importante pour la prochaine année, les animaux ne cessant pas de manger d’une année à l’autre…

Pour le soya, le USDA estime les stocks au 1er septembre dernier à 913 millions de boisseaux (24,8 mil. de tonnes), ce qui est certainement positif aussi :

  • La prévision la plus faible des marchés était de stocks à 940 millions de boisseaux.
  • Suivant le dernier bilan d’offre et demande du USDA au début septembre, les stocks pour débuter 2019-20 étaient prévus à 1,005 milliards de boisseaux (27,3 mil. de tonnes). La nouvelle année débute donc maintenant avec une réduction des stocks américains de 92 millions de boisseaux (2,5 mil. de tonnes).
  • Dans ce cas-ci, ce qui aura fait toute la différence est la réduction considérable de la récolte américaine de l’an dernier : les superficies récoltées ont été réduites de -0,5 à 87,6 millions d’acres, le rendement moyen de 1 bo./acre à 50,6 bo./acre et la récolte américaine de 116 millions de boisseaux (3,15 mil. de tonnes).

Maintenant, qu’est-ce que tout ceci implique concrètement pour les perspectives de marché?

Nous savons depuis un bon moment que les récoltes américaines seront en baisse cette année, spécialement celle de soya. Cette information, les marchés l’ont donc passablement bien digérée déjà. D’ailleurs, même avec le recul important depuis les sommets de l’été dernier, à Chicago, le marché du maïs se transigeait à la fin de la semaine dernière à plus de 0,10-0,15 cents de plus qu’à pareille date l’an dernier, le soya, 0,20 cents de plus. Pas des écarts considérables, mais assez pour souligner les mauvaises récoltes prévues…

Par conséquent, on envisageait déjà une réduction des stocks américains qui, cependant, demeuraient prévus à des niveaux assez confortables, spécialement le maïs.

Sauf qu’avec ce rapport des stocks américains au 1er septembre, on comprend que les disponibilités de maïs et soya prévues pour la prochaine année aux États-Unis viennent de changer d’un coup. Nous débutons 2019-20 avec encore moins de stocks que prévu, surtout dans le maïs. Ça, les marchés ne l’avaient pas vu venir celle-là.

Ajoutons ensuite les incertitudes liées au début des récoltes difficiles et tardives présentement dans le Midwest américain, ainsi qu’un risque de gel plus tard cette semaine, et on peut croire que le USDA pourrait encore agréablement nous surprendre cet automne.

Prochain arrêt? Le rapport mensuel du USDA du jeudi 10 octobre prochain qui devra non seulement refléter ces nouveaux chiffres des stocks américains au 1er septembre dernier, mais qui pourrait très bien ajuster aussi le tir sur les rendements et superficies récoltées cet automne aux États-Unis.

Après une fin d’été en queue de poisson dans les marchés, qui sait, les prix pourraient peut-être bien après tout nous surprendre d’ici la fin de l’année!

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires