La fin du talc

L’époque du talc et du graphite est révolue! Pour la saison 2014, l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) rendra obligatoire leur remplacement par un nouveau lubrifiant que Bayer s’apprête à mettre en marché.

Le « Fluency Agent » de Bayer CropScience est une poudre blanche qui adhère beaucoup mieux à la semence de maïs et de soya. Cette poudre fait aussi adhérer la poussière aux semences, de sorte que beaucoup moins de poussière s’échappe des semoirs.

Ces dispositions ont pour but de réduire la dispersion dans l’air des poussières contenant les insecticides des traitements de semence, qui sont nocifs pour les abeilles.

Ce nouveau produit réduirait de 90 % les émissions de poussière lorsque comparé au talc et de 60 % lorsque comparé au graphite.

D’après Luc Bourgeois, gestionnaire en recherche et développement chez Bayer, les essais ont révélé que la poussière qui s’échappe malgré tout des semoirs contenait en moyenne 65 % moins de clothianidine (la matière active qui peut nuire aux abeilles) que lorsque les lubrifiants traditionnels sont utilisés.

Au printemps 2013, une vingtaine d’agriculteurs de l’Ontario et du Québec ont essayé le nouveau produit de Bayer, dont le nom commercial reste à déterminer. Ils séparaient leurs semoirs en deux, la moitié avec le nouveau produit, l’autre avec le lubrifiant habituel. Environ 16 000 hectares ont été ensemencés ainsi.

La précision des semis a été au moins aussi bonne avec le nouveau produit, rapporte Luc Bourgeois. Dans l’ensemble, les producteurs se sont dits plutôt satisfaits. Certains ont été étonnés par le fait qu’il adhère autant. « C’est une poudre qui adhère aux parois comme le sucre à glacer. Elle colle très bien aux semences et la poussière s’y colle aussi. »

Vendu en seauÉtant donnée son adhérence, Bayer a choisi de commercialiser ce produit dans un seau contenant la poudre requise pour l’équivalent de 50 sacs de semence. Dans le seau se trouvera une cuiller d’un huitième de tasse, la dose requise pour un sac de semence. Le prix devrait se comparer à celui des lubrifiants utilisés à ce jour.

Le nouveau produit est à base de cire de polyéthylène. « Il s’agit d’un composant d’un des polymères que Bayer utilisait déjà sur des semences, explique Luc Bourgeois. C’est un employé dans un laboratoire aux États-Unis qui l’a redécouvert il y a deux ans et qui a suggéré qu’on l’utilise. »

Aucune homologation n’a été requise, mais sous la pression de l’ARLA, Bayer s’est empressée de mettre au point le produit. En 2012, il a été mis à l’essai chez trois importants producteurs aux États-Unis. « Je pense que nous n’avons jamais lancé un produit aussi vite! », affirme Luc Bourgeois.

Les volumes disponibles seront suffisants pour la saison 2014 dans l’est du Canada, principalement parce les producteurs aux États-Unis n’auront pas l’obligation de l’utiliser. Le réseau de distribution reste à déterminer.

 

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires