La vie sexuelle du soya

Au moment où vous croyiez tout savoir sur le soya, voici que le Bulletin.com vous propose d’en apprendre sur les habitudes reproductives du soya. Voici quelques faits publiés récemment par le ministère de l’Agriculture de l’Ontario.

-Un plan de soya n’a pas besoin de partenaires pour se reproduire. Le soya est considéré comme une légumineuse autoféconde : le pollen produit par une fleur féconde l’ovaire de la même fleur sur le même plant.

-Les fleurs de soya sont souvent déjà fécondées au moment de leur éclosion. La fécondation peut avoir eu lien une journée complète avant le plein épanouissement de la fleur.

-Certains cultivars sont « cléistogames » : leurs boutons floraux restent fermés et la fécondation se fait par autogamie, à l’intérieur même du bouton.

-Le soya n’a donc pas besoin d’insectes pour assurer sa pollinisation. Moins de 1 % des plants sont pollinisés par le pollen d’un autre plant, ce qu’on appelle la pollinisation croisée.

-Les traitements insecticides appliqués sur les semences ne semblent pas contaminer le pollen du soya. Les recherches n’ont pas permis de détecter de néonicotinoïdes dans les fleurs.

-Certains essais ailleurs dans le monde ont montré des hausses de rendement du soya en présence d’abeilles mellifères ou d’abeilles en cages. Ces études ont été réalisées dans un contexte expérimental et rien ne permet de croire que la présence d’abeilles domestiques aurait un effet sur le rendement du soya avec les conditions de culture chez nous.

Lire le document complet (en français)

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires