Ça force sur le soya!

Jean-Philippe Boucher agr., MBA jpboucher@grainwiz.com

Jean-Philippe Boucher agr., MBA [email protected]

Je trouve assez intéressant présentement le comportement du marché du soya à Chicago. Depuis des mois, on parle de récoltes record : Amérique du Sud en 2015, suivie des États-Unis à l’automne dernier, puis de nouveau l’Amérique du Sud cet hiver. En fait, depuis le dernier creux de 2011-12 de 240,32 millions de tonnes, la production mondiale de soya a établi de nouveaux record chaque année pour s’établir cette année à un sommet de 320,21 millions de tonnes. Oui, un bond de près de 80 millions de tonnes en quatre ans… Ce n’est pas rien!

Par surprenant qu’on ait vu de la sorte les prix à Chicago reculer tout au long de 2015 pour finalement passer sous 9,00 $US/boisseau et tenter récemment de s’appuyer sur un support et nouveau creux plus « solide » à 8,55 $US/boisseau.

Pourtant, depuis plus d’une semaine, on sent que le vent semble vouloir tourner :

  • Les projections actuelles du USDA présentées en mars dernier suggèrent un deuxième recul des superficies ensemencées aux États-Unis ce printemps.
  • Jusqu’à présent, on ne peut dire que les chiffres hebdomadaires d’exportation et ventes à l’exportation de soya ne sont pas conformes aux attentes du USDA. Un peu de retard à surveiller, mais sans plus…
  • On a beau parler de récoltes record en Amérique du Sud en ce moment, fidèle à elle-même, comme chaque année, la logistique de chargement des bateaux destinés à l’exportation de soya se fait difficilement.

Dans la dernière semaine, le USDA a aussi ajouté son grain de sel du côté positif de l’équation avec son dernier rapport mensuel d’offre et demande.  Certes, l’instance américaine reconnaît finalement que la trituration aux États-Unis commence à tirer de la patte. Par contre, dans le monde, deux choses sont à retenir :

  • Malgré toute les rumeurs et hypothèses entourant la santé de l’économie chinoise et d’un éventuel ralentissement de leur consommation de soya, mois après mois, les chiffres d’importations de soya en Chine continuent de grimper. Pour cette année, le USDA prévoit maintenant un nouveau record de 82 millions de tonnes. Autrement dit, c’est l’équivalent d’environ 80% de la dernière récolte américaine qu’importent les Chinois; leur consommation ayant aussi été révisée à un nouveau record de plus de 95 millions de tonnes.
  • En mai dernier, la 1re projection du nombre de jours de réserve de soya dans le monde pour cette année (2015-16) frisait 120 jours, un sommet! Mais, depuis, la projection s’est mois après mois amincie pour maintenant être de 91 jours de réserve. Par comparaison, les moyennes des cinq et quinze dernières années sont de 85 et 83 jours. Nous sommes donc encore confortables par rapport à la normale des dernières années, mais assurément, la situation se resserre. Ceci est d’autant intéressant qu’il faut rappeler que nous avons encaissé des récoltes record en Amérique du Sud autant qu’aux États-Unis dans la dernière année, comme quoi la consommation est définitivement au rendez-vous.

Concrètement, côté commercialisation de son soya, à quoi tout ceci rime-t-il?

Il ne faut pas d’entrée de jeu se conforter à l’idée que le marché du soya devrait maintenant retourner définitivement à la hausse dans les prochains mois. Ceci dépend en fait davantage de ce que seront non seulement les intentions d’ensemencements américains (31 mars), mais surtout par la suite la météo que voudra bien proposer Dame Nature ce printemps et cet été.

Par contre, la toile de fond du marché du soya semble tranquillement prendre du mieux avec des assises qui se veulent de plus en plus solides pour un éventuel retour à la hausse plus soutenu. Le 8,55 $US/boisseau à Chicago atteint dernièrement pourrait donc marquer un creux plus définitif, avec devant nous une consolidation au-dessus de 9,00 $US/boisseau qui pourrait très bien servir de point de départ pour la prochaine récolte.

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires