Combien d’heures consacrez-vous à votre ferme?

Je crois que c’est le troisième rappel de recensement que je reçois par la poste. Ils s’accumulent dans mon pigeonnier. Disons que ces temps-ci, je passe assez rapidement au bureau. Bon, ok, je prends quelques minutes pour remplir la partie personnelle qui est assez simple. Ensuite, je m’attaque au recensement spécial pour les fermes.

J’imagine que c’est important. On nous mentionne même que chaque jour de retard augmente les coûts pour chaque Canadien. Après les premières questions d’usage, je me demande quelles sont les utilités de certaines. Combien je possède de tracteurs, wow! La valeur de mes équipements de récolte. Euhhh, Gertrude vaut 15 000 $. Quel est mon revenu brut dans la dernière année? Ben, je viens de vous envoyer mon rapport d’impôt et j’imagine qu’avec le chèque que j’ai dû vous envoyer, vous le connaissez déjà! Et arrive LA question. Combien d’heures consacrez-vous à votre ferme?

Moins de 20 heures

20 à 30 heures

30 à 40 heures

40 et plus!

40 heures et plus! Je n’en reviens pas. J’imagine que pour eux, ça signifie du temps plein. Alors 40-60-80 heures, c’est la même chose. Pourquoi ne pas mettre un choix additionnel soit : la somme de ces réponses. Peut-être que ce sont les 120 heures par semaine qui commencent à me travailler, mais je me sens insulté. Je les imagine en train de profiter de leur week-end de quatre jours. Selon eux, ce n’est jamais long remplir tel ou tel questionnaire, mais justement à 120 heures par semaine, ces temps-ci, je ne l’ai pas le 20 minutes pour répondre aux questions qui, en passant, se répètent et se recroisent.

Pendant que je remplis le recensement, j’aperçois une lettre de Statistique Canada qui me prévient que du 27 mai au 12 juin, j’aurai le privilège de répondre à d’autres questions inutiles. Mon presto va sauter! Je crois que je vais répondre : chaque minute que je vous consacre me coûte du temps que je pourrais passer avec ma famille, en plus de me coûter des $. Malheureusement, je suis payé selon mes performances à la tonne, sans tenir compte de mes efforts. Je suis agriculteur.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires