Contagieux!

J’ai eu le privilège de participer à un panel d’échanges d’agriculteurs qui travaillent avec différents systèmes de cultures. Qu’on soit en régie semis direct conventionnelle ou biologique, je réalise que nous avons plusieurs défis en commun et quelques-uns un peu plus particuliers par rapport à notre système. Mais se donner la possibilité de discuter de façon constructive entres nous, nous permets de peser les avantages et objectifs qu’on pourrait se donner pour être encore meilleur.

Une certaine contagion m’envahit tellement c’est intéressant de discuter avec un producteur bio fier de ses résultats. La demande est là, les prix aussi. Mon autre confrère tout juste à coté de moi est aussi contagieux. Ça m’allume la façon dont il fonctionne. De notre coté, on a tellement travaillé pour implanter notre système de travail réduit: captage de carbone, couvert végétal, rotations allongées. Seulement penser recommencer à brasser le sol année après année nous fait hésiter. J’ai plutôt tendance à prendre les meilleurs conseils des agriculteurs contagieux autour de moi et voir comment je peux m’améliorer. Mycorhizes, glomaline, vers de terre et autres micro-organismes me font réaliser qu’on a intérêt à les favoriser. On sous-estime trop souvent la vraie capacité de produire de nos sols. Je n’y vois que des avantages à côtoyer des agriculteurs contagieux qui m’ont inspirés dans mon parcours d’agriculteur.

Ah non, pas vrai, aujourd’hui c’est à mon tour d’être contagieux: fièvre, crampes musculaires, étourdissement… le seul désavantage de côtoyer des agriculteurs contagieux!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires