Je me souviens

Les champs sont verts, bien verts encore pour un début septembre. En entrant à l’intérieur des champs, on constate facilement que les stades de maturité sont bien en retard par rapport à la moyenne des dernières années.

J’aime bien valider ce que j’observe visuellement avec nos données météo sur la ferme : 300 UTM de retard au 31 août par rapport aux cinq dernières années. Si je tiens compte du fait que septembre nous donne des journées d’environ 20 UTM en moyenne, ça signifie environ une quinzaine de jours de retard à rattraper. Une saison pluvieuse en plus! Bizarrement, on en a connu des plus arrosées encore dans les dernières années. 2017 reçoit la pluie en plus petite quantité à la fois, mais il pleut tout le temps! Hey, 18 jours de pluie sur 31 en août. En plus du manque d’UTM, nos cultures manquent de lumière! Inquiétant, mais au final, je ne peux plus rien changer pour la récolte aux champs. C’est une saison spéciale pour expérimenter seulement. Pas facile à gérer. J’aurais tendance à vouloir l’oublier.

Personne ne souhaite de mauvaises saisons. Mais j’en ai connu des saisons de m…isère! De mémoire : en 1986 du maïs pourri aux champs, en 92-93 de la mauvaise qualité, 2001-2006-2014 aussi. En fait, ces mauvaises saisons ont fait de moi un meilleur agriculteur : plus averti, plus prévenant, plus respectueux de la nature. Je préfère m’en souvenir pour en apprendre encore plus et prendre de meilleures décisions la prochaine fois. Parce que OUI, il y en aura d’autres saisons un peu tordues. Je ne jette pas la serviette pour 2017 encore. Quelque 45 % de nos surfaces sont déjà récoltées dans notre moyenne de rendement. Reste le soya et le maïs qui est assez beau, en général, malgré le manque d’uniformité à quelques endroits. J’espère un gel le plus tard possible. La saison pourrait nous surprendre… ensuite on pourra s’en souvenir!

à propos de l'auteur

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires