Marché des grains : une 1re carte vient de tomber, mais la partie n’est pas jouée d’avance…

Jean-Philippe Boucher agr., MBA jpboucher@grainwiz.com

Jean-Philippe Boucher agr., MBA [email protected]

Cette semaine, le Forum des perspectives agricoles du USDA a présenté de nouvelles projections d’ensemencements pour les États-Unis ce printemps. D’entrée de jeu, les chiffres proposés ne sont pas très encourageants, sauf pour le blé : 90 millions d’acres pour le maïs, 82,6 pour le soya et 51 pour le blé.

C’est donc 2 millions d’acres de plus qu’en 2015 que les producteurs américains pourraient semer en maïs. Avec un rendement moyen de 160 à 163 boisseaux/acre, la prochaine récolte américaine a donc la capacité de se voir gonflée de 1,2 à 1,3 milliard de boisseaux de plus qu’en 2015 (32,5 à 33 millions de tonnes de plus).

Le son de cloche est un peu différent du côté du soya, qui propose une 2e année de recul de cette fois-ci 200 000 acres à 82,5 millions d’acres. Si la prochaine saison le permet, la récolte américaine pourrait ainsi jouer de l’ordre de 3,6 à 3,7 milliards de boisseaux (97,5 à 102 millions de tonnes), une baisse par comparaison aux record des deux dernières années, mais une récolte au-dessus de la moyenne des dix dernières années malgré tout.

Bref, excluant le blé qui année après année perd toujours la faveur des producteurs américains, l’année 2016-17 recèle encore la capacité de voir de bonnes récoltes à l’automne prochain.

Bien entendu, ceci n’est pas positif pour les perspectives de prix. Une première carte vient de tomber… mais la partie n’est certainement pas jouée d’avance à ce stade-ci.

En fait, ces nouveaux chiffres du USDA ne sont en eux-mêmes qu’un avant-goût très léger de ce qui nous attend. Dans les faits, il s’agit de projections, et non de véritables « intentions d’ensemencements » des producteurs américains qui, elles, seront annoncées le 31 mars prochain. Et, même si ces projections se confirment le 31 mars prochain, encore faut-il que la saison elle-même aux États-Unis soit favorable aux cultures, ce qui reste toujours un coup de dé contre les sautes d’humeur de Dame Nature.

L’exercice du USDA présenté cette semaine est intéressant et à ne pas prendre à la légère, mais ne peut donc être pris pour acquis. Il a cependant le mérite de nous rappeler par contre que nous avons devant nous un risque bien réel de voir à nouveau d’excellentes récoltes américaines à l’automne 2016.  Il faut prévoir et ajuster notre plan de commercialisation en conséquence…

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires