Quand semis rime avec bon prix…

Jean-Philippe Boucher agr., MBA jpboucher@grainwiz.com

Jean-Philippe Boucher agr., MBA [email protected]

Ça fait quelques semaines que j’ai eu l’occasion de publier sur ce blogue, et la situation que nous avons est maintenant est bien différente, ce qui est très typique des marchés agricoles.

Ce qu’on observe une journée peut être chamboulé en très peu de temps pour proposer quelque chose de complètement nouveau quelques jours ou semaines plus tard. Et, il faut le dire, le printemps et l’été sont des périodes qui sont particulièrement sujettes à ce genre de renversement.

D’une situation déprimante et morose, avec des prix dans le plancher il n’y a pas si longtemps, nous sommes donc passés maintenant à quelque chose d’un peu plus solide et prometteur.

Si je fais un tour de piste rapidement du côté boursier :

Maïs : On tente notre chance de manière plus concrète pour la 1re fois au-dessus de 4,00 $US/boisseau sur le prix nouvelle récolte, alors que celui de l’ancienne récolte n’est pas si loin derrière non plus. Autre point positif, nous sommes sortis de la zone de « neutralité » que suivait la direction du prix du maïs à Chicago depuis l’automne dernier.

Soya : Certainement le joueur dominant des marchés présentement, avec un excellent rebond au-dessus de 10,00 $US/boisseau rapide et sans trop de difficultés. Ici aussi, nous sommes sortis de la zone de « neutralité » que suivaient les prix à Chicago depuis un bon moment.

Blé : C’est le petit mouton noir du groupe, qui doit composer avec un contexte un peu plus difficile qui se reflète bien sur son comportement à Chicago. Mais, encore une fois, on constate ici aussi une fermeté intéressante avec une sortie de la zone de « neutralité » que suivait le marché à Chicago depuis plusieurs mois.

Derrière cette fermeté prometteuse des prix à Chicago, un beau mélange de facteurs positifs, à commencer par la météo qui vient à nouveau de remettre les pendules à l’heure.

Même si la saison est très avancée en Amérique du Sud, de mauvaises conditions seront dernièrement venues remettre en doute l’importance des récoltes de maïs et soya qui, il n’y a pas si longtemps, laissaient présager des niveaux record.

Aux États-Unis, le début de saison se veut prometteur, avec des travaux aux champs qui ont été rapides jusqu’ici. Mais, encore une fois, Dame Nature a un mot à dire.

Les ensemencements plus au sud des États-Unis débutés il y a quelques semaines ont été difficiles en raison de conditions très humides et de précipitations importantes à répétition. Ce ne sont pas les plus importantes régions de production de maïs et soya, mais assez pour soulever quelques inquiétudes.

Dernièrement, plus au nord, les ensemencements dans le Midwest américain ont démarré de leur côté sur les chapeaux de roue. Sauf que la dernière semaine a proposé de bonnes averses, assez encore une fois pour soulever des interrogations et préoccuper un peu les marchés.

Bref, une saison se termine en queue de poisson en Amérique du Sud, et démarre sur une note incertaine aux États-Unis, une combinaison gagnante pour ranimer la nervosité des prix qui s’était pratiquement éteinte à l’automne dernier avec les importantes récoltes américaines que l’on sait.

Pour les producteurs qui espéraient vendre un peu plus cher avant la prochaine récolte, il s’agit d’une bouffée d’air frais, mais encore…

Jusqu’ici, au Québec, les prix n’ont pas progressé de manière exceptionnelle. Mentionnons cependant que le cas du soya fait exception, avec d’excellents prix qui ont été proposés dernièrement.

Mais, ce qu’il faut surtout retenir de la situation actuelle c’est que, comme chaque année, il y a des imprévus suffisants pour faire grimper les prix tôt ou tard. Et le printemps est certainement l’une des périodes les plus propices à ce type d’opportunité. Il faut donc être aux aguets, même pendant les ensemencements. Après tout, l’un des principaux objectifs de semer chaque année n’est-il pas d’espérer vendre plus cher ses récoltes?

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Jean-Philippe Boucher

Commentaires