Question de perspective

Personne ne semble inquiet de laver ses bobettes dans du savon qui contient du glyphosate

Bizarre de coïncidence. L’an dernier pratiquement à pareille date j’écrivais mon texte: Profession empoisonneur? Depuis ce temps, le dossier pesticide est resté bien présent dans l’actualité médiatique. Il y a eu toute l’affaire du traitement des lanceurs d’alertes suivie d’une Commission parlementaire sur les pesticides qui avait pour but : « D’examiner les impacts des pesticides sur la santé publique et l’environnement, ainsi que les pratiques de remplacement innovantes disponibles et à venir dans les secteurs de l’agriculture et de l’alimentation, et ce en reconnaissance de la compétitivité du secteur agroalimentaire québécois. »

Un an plus tard, on arrive à un rapport de recommandations. Une douzaine, au tout début. Après la réaction de l’opposition on passe rapidement à 32. Victoire, selon certains et des recommandations trop vagues et trop molles selon d’autres. On fait une erreur de tout mettre les pesticides dans le même bloc. Il y a une grande différence d’impact entre un insecticide et un herbicide par rapport aux effets secondaires dans l’environnement et sur la possibilité de trace dans le produit de consommation. Il y a certainement des problèmes à régler dans différents secteurs et pour certains pesticides. Le problème est que certains semblent souvent faire un raccourci en croyant que la solution est de les rendre moins accessibles, les surtaxer ou carrément de tous les bannir. J’avoue que je commence à trouver ça pesant ce genre de raccourci. Comme si tout se limitait à seulement tout arrêter. On-Off. Tiens, c’est fait! Certains en font une lutte à finir avec les grandes firmes pharmaceutiques, mais en période de pandémie on espère le médicament miracle. On sait que les médicaments se retrouvent dans l’eau. Alors, on arrête leur vente?

Chaque fois qu’on parle du glyphosate (ampa) personne ne semble inquiet de laver ses bobettes dans du savon qui contient de l’ampa. J’aimerais voir un reportage là-dessus. On s’entend tous qu’on doit se sortir du pétrole. À date on parle de transition de voiture hybride. C’est ce qu’on fait, de l’agriculture hybride. En transition avec un système de cultures qui accompli d’excellentes performances environnementales.

Oui les pesticides sont dangereux…quand ça termine par « cide » ce n’est pas bon signe. Dangereux pour l’utilisateur. Il y a une énorme différence entre quelqu’un qui en a partout sur le corps 10-20-30-40 jours et un citoyen qui regarde passer le pulvérisateur une fois par année. Il faut tout simplement bien se protéger. Ben oui, j’ai banalisé longtemps ma protection face à leur usage. J’ai déjà mangé ça des sandwichs avec les mains contaminées. Un geste irresponsable, je l’avoue. Et maintenant que je me protège le citoyen moyen pense que c’est irresponsable d’appliquer des produits parce que lui n’a aucune protection. Écoute, si mon herbicide tombe dans ton jardin tu vas t’en apercevoir rapidement. C’est vrai qu’on a du travail à faire quant à la contamination de certains  produits. Je croyais les homologations blindées. Maintenant on vérifie. On fait certains tests d’analyses question de voir si nos pratiques d’utiliser des herbicides se retrouvent dans nos produits. Après deux ans, aucune trace. On a redoublé nos efforts pour réduire nos quantités totales de pesticides. On se protège mieux. Et oui, certains diront qu’il y a certains risques probables de … On vient tout juste de légaliser la marihuana et il y a pourtant des risques probables de … et autres. Boire deux verres d’alcool par semaine augmente nos risques de cancer de 30 %!  En détail : on passe de 1 cas sur 500  personnes à 1,3. Au final, c’est une question de perspective.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires