Sort la charrue!

Pendant que je fais mes inspections de drainage, je suis impressionné par la croissance souterraine de notre petit mélange de trèfle. Il semblait tellement timide au fond du blé d’hiver. Le blé était tellement dense qu’il ne laissait pas passer beaucoup de lumière. Au moins, il était là, au fond, tout petit, en attendant son heure.

Les premières années, ça m’inquiétait un peu. Maintenant, je sais un peu plus de quoi il est capable le fameux trèfle. Aussitôt le blé sorti du champ, il a pris de plus en plus de place. On a « choppé » les tiges de blé et les repousses de mauvaises herbes le plus près possible du sol pour lui permettre de prendre toute la place. Avec l’été arrosé qu’on a connu, il s’est développé très rapidement. Quand on le regarde de près, on observe des zones moins parfaites, mais quand on creuse le sol et qu’on prend le temps d’observer… wow! Du KIA4 qui se fractionne tout seul autour des racines de trèfle déjà rendues à plus de 70 cm. Beaucoup de racines, de vers de terre, des trous, de l’air, de la bouffe pour les vers… de toute beauté. Au fur et à mesure qu’on creuse au fond du canal, les vers sortent un à un autour de moi.

Déjà mi-octobre, je ne veux surtout pas arrêter sa progression. En fin de saison, il descend encore plus. Fini le vieux réflexe : sort la charrue! J’en ai une sous mes bottines qui travaille sans carburant, sans effort et sans GES 24 heures sur 24 « gratis »! Il s’agit seulement d’être un peu plus patient. Tellement beau qu’on a un secteur problème de 3 ha où on laissera le trèfle continuer son travail jusqu’à l’été prochain. À suivre!

à propos de l'auteur

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires