Temps mort : je décide de sortir Gertrude!

Quand on force et qu'on doit débloquer Gertrude : Ça colle ça pique ça crotte…

Y’a pas si longtemps, on se plaignait des vents trop forts qui ralentissaient nos pulvérisations, comme on se plaignait du manque de pluie. Voilà que maintenant, il pleut tout le temps et pas moyen de recevoir la moindre brise. Du temps mort collant suffoquant… rien qui favorise la récolte du blé d’hiver qui arrive. Du temps couvert humide, c’est mortel pour une céréale qui traine au champ. Rien de rassurant quand on voit sur les médias sociaux des agriculteurs aux prises avec des problèmes de germinations aux champs dus aux récoltes retardées. Les prévisions météo ne sont pas très reluisantes et je me dis que je devrai forcer la note pour au moins décoller Gertrude le temps de la roder et de voir si toutes nos réparations sont à point tout en ayant une idée du rendement qui s’annonce.

On n'a pas les conditions idéales, mais le temps s’ouvre un peu et je décide d’essayer. Toujours stressant la première sortie. On vérifie si tout est bien serré. On observe, écoute le possible bruit au ralentit et quand on ouvre les gaz à pleine capacité, c’est impressionnant. Et voilà qu’on avance tranquillement question de voir si le grain circule dans le bon sens J. L’humidité tourne autour de 20%, mais la paille est verte au fond. Hummm Gertrude ne raffole pas de la paille verte et donne des signes de mauvaise digestion. Récolter du grain sans poussière derrière, ça donne immédiatement une idée qu’on est sur la limite. Wow, y’ a des pertes à l’arrière! Après quelques minutes d’inspection, je réalise que j’ai oublié de bloquer ma grille trouée en dessous de Gertrude!!!! Erreur de débutant et une fois installé, ça se passe mieux, mais tout en ralentit. Pour finalement me faire prendre avec un blocage dans la trappe à roche. Arrête la machine, lève la table, installe les barres de sécurité, sort la grosse clé pour reculer le pont et direction sous la machine avec une bonne paire de gant et un couteau pour tout débloquer. Des minutes de plaisir de recevoir la « ballerie » sur tout le corps. Ça colle, ça pique, ça crotte!

De retour dans la cabine qui ressemble à un fourneau avec l’air climatisé qui commence à faire des ratés. Tout est en place pour une journée de récolte assez pénible. Je me dis que je le savais que ce n’était pas une bonne température pour récolter. Maintenant, je paie pour. J’essais différents ajustements pour améliorer la situation. Dès que le soleil se pointe avec une légère brise, on voit immédiatement que c’était l’élément manquant au bon déroulement du chantier. Je termine ma journée dans de meilleures conditions tout en étant mort de fatigue avec le sentiment d’avoir travaillé pas mal fort pour si peu de résultat. La récolte semble bonne, mais en dessous de nos objectifs de rendement. Les zones plus sableuses font baisser le rendement probablement à cause du manque d’eau du printemps. Quand même satisfait à date. On prépare l’andaineuse pour nous permettre d’avancer plus rapidement afin d’éviter que le blé perde en qualité. On sera prêt pour la prochaine fenêtre de soleil. Profession agriculteur.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires