Après le blé, la luzerne

Dans un article publié en juin, nous vous parlions d’une pratique audacieuse : récolter son blé d’automne, puis semer du soya le lendemain. Cette forme de « double cropping » génère de l’engouement en Ontario. Mais sous notre climat au Québec, pouvons-nous aussi tirer deux récoltes du même champ la même année?

La pratique de semer du soya après du blé d’automne n’est recommandée que dans des zones de 2950 UTM et plus. Pour espérer un rendement acceptable et avoir de bonnes chances de succès, il vaut mieux semer le soya avant le 10 juillet. Or, même cette année dans les régions agricoles les plus chaudes du Québec, peu de producteurs auront récolté du blé d’automne au 10 juillet.

Cette année, alors que la récolte de céréales semble devancée d’une dizaine de jours, des producteurs en Montérégie ont l’intention de semer du sarrasin ces jours-ci, dès qu’ils auront battu leur blé d’automne. Au mieux, ils récolteront du sarrasin avant l’hiver, au pire, ils auront un engrais vert.

Le Bulletin.com s’est entretenu avec l’agronome Gilles Quesnel, du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario (MAAARO). Actif dans l’Est ontarien, une région aux conditions de cultures semblables à celles de la Montérégie, Gilles Quesnel souligne quelques pratiques intéressantes, permettant d’utiliser le même champ pour deux cultures dans la même année.

Dans l’Est ontarien, l’hiver dernier a été particulièrement dur sur les luzernières. Puisque le foin se faisait rare, plusieurs producteurs laitiers ont récolté une première coupe vers la fin mai, avant de détruire les prairies les plus affaiblies. Début juin, ces producteurs ont semé du soya, ou du maïs ensilage. Il s’agirait de la principale forme de double cropping observée dans l’Est ontarien cette année. L’un des grands avantages est la disponibilité d’azote laissée dans le sol par la luzerne au profit de la prochaine culture.

Ce printemps, les petites céréales ont connu une excellente croissance, de sorte que les récoltes sont devancées de 10 à 14 jours. Gilles Quesnel prévoit que des agriculteurs qui battront leur blé d’automne vers la mi-juillet en profiteront pour implanter une luzernière.

Exceptionnellement, le blé de printemps pourrait être récolté dès le début août cette année, ce qui ouvrira aussi la voie à l’implantation de luzernières qui seront suffisamment fortes pour affronter l’hiver.

« Les graminées peuvent être semées en septembre, mais si on veut que les légumineuses soient bien ancrées dans le sol et qu’elles aient suffisamment de réserves pour l’hiver, on suggère de les semer avant le 10 août », explique Gilles Quesnel. Une luzernière bien implantée aura des tiges suffisamment longues pour capter la neige et ainsi protéger ses racines du gel, ajoute-t-il.

À lire aussi : Deux récoltes par année

Commentaires