Cet hiver, gardez vos silos à l’oeil

Il y a un dicton qui dit : «À récolte difficile, entreposage difficile»

Les silos à grain vont demander un suivi particulier cet année, signale Mathieu Phaneuf, de la firme Agrilog, une entreprise spécialisée dans les systèmes automatisés de ventilation des silos à grain.

M.Phaneuf donne deux exemples de situations susceptibles de survenir. Une première concerne les silos de grande taille. «Si la teneur en humidité du grain à la sortie du séchoir n’était pas stable, il y a un risque qu’il se forme des strates ou des poches d’humidité dans le silo, signale-t-il. Ces poches, qui sont susceptibles de devenir des points chauds, peuvent se trouver n’importe où dans le silo, autant au centre que le long des parois.»

Articles connexes

La deuxième problématique mentionnée par le spécialiste touche les silos de toute taille. «On a récolté cette année surtout du grade 4 ou 5, lequel contient beaucoup de grains cassés, décrit-il. Cela a pour conséquence qu’on retrouve une proportion élevée de matière fine dans le silo, ce qui vient amplifier les problèmes de conservation.»

Pour minimiser les risques cet hiver, M. Phaneuf recommande d’inspecter les silos à des intervalles de sept à 10 jours. «On part le ventilateur, on monte sur le silo et on vérifie l’air qui en sort, décrit-il. A-t-il une bonne odeur ou sent-il le fermenté? Est-il chaud ou froid? Est-il anormalement humide?»

«Si on détecte quelque chose d’anormal, poursuit-il, on ventile jusqu’à ce que la situation revienne à la normale. Dans le cas particulier des gros silos, ce serait une bonne idée d’envoyer régulièrement un voyage afin de faire bouger le grain.»

Ces conseils portent surtout sur le maïs grain. Toutefois, une problématique particulière pourrait toucher certains silos de soya. «Il y a des champs où la récolte du soya s’est faite dans la neige et où le grain s’est regorgé d’eau. On a vu du soya doser jusqu’à 20 % d’humidité! Dans ce cas-là, je conseillerais de porter attention aux redoux ce printemps. Le grain pourrait se mettre à travailler. On aura intérêt à se tenir prêt à repartir le séchoir.»

M.Phaneuf conclut avec la suggestion suivante : «Il serait judicieux de liquider ses ventes avant l’été. Ce grain risque d’être difficile à conserver par temps chaud.»

 

 

 

à propos de l'auteur

Journaliste

André Piette

André Piette est un journaliste indépendant spécialisé en agriculture et en agroalimentaire.

Commentaires