Ligne de temps

Une stratégie ontarienne des sols

Le gouvernement de l’Ontario a présenté sa stratégie en matière des sols s’étalant jusqu’en 2030 et qui vise à améliorer l’état des sols. Les groupes agricoles, le gouvernement et l’agroentreprise seront concertés et travailleront ensemble dans le cadre de cette politique. Les membres du groupe de travail feront également partie d’une structure de «gouvernance», avec des membres de l’industrie qui seront responsables de la mise en œuvre de la stratégie sur les sols. Il s’agit d’une première pour l’administration ontarienne qui a déjà présenté des initiatives au cours des années mais pas de politique dédiée à ce sujet.

La stratégie comporte quatre sujets :

Gestion des sols
Ce sujet concerne la variabilité des sols dans la province et la variabilité qui se trouve dans un même champ. Il reconnaît ainsi que les agriculteurs sont les mieux placés pour discuter de la gestion des sols. Les meilleures pratiques de gestion telles que la réduction du travail du sol, le maintient d’une couverture du sol, la diversification de la rotation des cultures, le contrôle de l’érosion, la minimisation du compactage et l’application d’engrais organiques sont soulignées.

Cartographie du sol et données
La province a commencé à créer des cartes des sols et à les mettre à jour, mais la stratégie reconnaît qu’il s’agit d’un projet à long terme pour l’ensemble de la province. Des analyses de sol plus poussées sont encouragées, en particulier une surveillance à long terme des niveaux de matière organique. Les nouvelles technologies, telles que l’agriculture de précision et la télédétection, pourraient avoir un impact sur la collecte de données sur les sols.

Évaluation et surveillance des sols
La santé des sols ne fait l’objet d’aucune surveillance à grande échelle dans l’ensemble de la province. Il faudrait un effort à l’échelle de l’industrie et quelques discussions sur la confidentialité des données afin d’initier un changement.

Connaissance des sols et innovation
Le document sur la stratégie reconnait qu’il y a encore beaucoup à apprendre sur le sol et la complexité de sa biologie. La recherche doit donc continuer à cibler la santé des sols. Les fournisseurs de services doivent aussi évoluer pour fournir des informations selon les besoins des gens concernés, dont les agriculteurs.

Source: Farmtario

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires