Intentions de semis: plus de soya et de maïs au Québec

Le soya, le maïs-grain, l’orge et le canola auront la cote cette année au pays, selon Statistique Canada qui a dévoilé les prévisions d’ensemencement pour la prochaine saison. Au Québec, les gains se feront du côté à la fois du maïs et du soya, avec un bond plus net pour la fève. En Ontario, le même scénario se dessine.

En contrepartie, les superficies de blé devraient diminuer en raison des intentions de semis en baisse dans l’Ouest. L’avoine, les pois secs et les lentilles devraient connaître le même sort.

L’organisme fédéral attribue le regain du canola, du maïs et du soya aux prix sur les marchés. La forte demande dans les derniers mois a contribué à mener ces denrées à leurs niveaux le plus élevés depuis plusieurs années.

Statistique Canada avertit que les intentions de semis pourraient évoluer selon la météo et les impacts de la COVID-19. Les conditions étaient particulièrement sèches dans certaines régions de l'Ouest canadien au moment du sondage à la fin mars.

Source: Statistique Canada

Soya

À l'échelle nationale, les agriculteurs prévoient d'ensemencer 5,3 millions d'acres de soya, en hausse de 5,5 % par rapport à 2020.

Au Québec, la superficie ensemencée de soya devrait augmenter de 4,2 % pour atteindre 923 000 acres, la plus importante depuis 2017.

En Ontario, qui regroupe le plus de superficies consacrées à la culture, les agriculteurs prévoient ensemencer 2,9 millions d'acres, en hausse de 2 %. Après quatre ans de diminution au Manitoba, le soya revient en faveur avec une hausse de 17,3% des superficies à 1,3 million d'acres.

Maïs

Pour le maïs, les intentions de semis se situent à 3,6 millions d'acres de maïs-grain, en hausse de 1,8 % par rapport à l'année précédente.

Les agriculteurs du Québec s'attendent à ensemencer davantage de maïs-grain, la superficie devant augmenter de 1,2 % pour atteindre 901 300 acres en 2021, ce qui est tout de même moins que par les années précédentes. En 2013, les superficies en maïs avaient dépassé le million.

En Ontario, les agriculteurs prévoient d'ensemencer 2,2 millions d'acres de maïs-grain, en hausse de 1,7 % par rapport à 2020.

Blé

Les superficies en blé devraient diminuer de 6,9 %, pour s'établir à 23,3 millions d'acres. La baisse devrait toucher en grande partie le blé de printemps, dont l'ensemencement devrait diminuer de 8,8 % pour s'établir à 16,3 millions d'acres.

Dans le cas du blé dur, la superficie ensemencée devrait augmenter légèrement de 0,3 % pour atteindre 5,7 millions d'acres, tandis que pour le blé d'hiver, elle devrait diminuer de 11,2 % pour s'établir à 1,2 million d'acres. La superficie consacrée au blé pourrait diminuer, car certains agriculteurs anticipent un ensemencement plus important des oléagineux. La baisse dans les intentions de semis concerne les trois provinces des Prairies.

Les intentions de semis pour le Québec n’étaient pas disponibles, mais il s’est semé 273 400 acres en 2020.

Autres cultures

La superficie ensemencée de canola devrait augmenter pour la première fois depuis 2017, en hausse de 3,6 % pour atteindre 21,5 millions d'acres. Pour l’orge, elles devraient augmenter de 13,9 % pour s'établir à 8,6 millions d'acres en 2021. Quant à l’avoine, les semis diminueraient de 6 % par rapport à 2020 à 3,6 millions d'acres. Les lentilles diminueront légèrement en 2021 à 4,2 millions d’acres, alors que le recul serait plus prononcé pour les pois secs, soit 9,8 % comparativement à la même période un an plus tôt pour s'établir à 3,8 millions d'acres.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires