Boom des cultures « émergentes »

Le Québec se distingue par une hause dans la culture des petits fruits

Des cultures ont connu un développement exponentiel entre 2011 et 2016, rapporte un document produit par le MAPAQ. Quinoa, choux vert frisé (chou kale) et camerise ont respectivement  affiché une croissance de superficies de 3704%, de 387% et de 216%, un bond attribué à l’engouement de la population pour des aliments sains, contenant des antioxydants et des oméga 3. Cette tendance est aussi liée au vieillissement de la population.

De toutes les cultures, c’est le chanvre qui occupe les plus grandes superficies. Cultivée pour un usage industriel et médicinal, le chanvre a progressé de 74% en cinq ans pour 45 000 acres en 2016, principalement dans les Prairies.

Articles connexes

Les régions du Canada semblent s’être d’ailleurs spécialisées dans leurs cultures respectives.

Les céréales comme le fenugrec, le quinoa, et la caméline se retrouvent dans les Prairies. L’Ontario affiche les superficies les plus importantes pour l’épeautre, l’ail, le chou vert frisé, la patate douce et les légumes asiatiques. Le Québec se distingue par la culture de nombreux petits fruits, comme la camerise, les groseilles et l’argousier, prenant le pas sur la Colombie-Britannique pour la culture des petits fruits avec un pourcentage de 37,2% pour l’ensemble du Canada.

Stéphanie Keable, de la Direction de la planification, des politiques et des études économiques, à l’origine du document, attribue cet intérêt pour les cultures fruitière ici par le fait que « l’ensemble de ces plantes ont pour avantage de bien résister au climat rigoureux du pays et plus particulièrement à celui  du Québec ».

M.Keable ajoute que ces cultures représente un revenu supplémentaire intéressant pour les producteurs  puisque « bon nombre des produits issus de la transformation comportent une valeur ajoutée non négligeable ».

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Céline Normandin's recent articles

Commentaires