Ligne de temps

Les essais maïs du RGCQ se font maintenant sur quatre rangs

Les Réseaux grandes cultures du Québec (RGCQ) jouent un rôle unique. Nulle part ailleurs peut-on trouver une comparaison objective et fiable des variétés et des hybrides des semenciers. Les responsables du Réseau maïs signalent qu’en 2017, ils ont modifié leur protocole d’essai de façon à en accroître encore la fiabilité.

Auparavant, les parcelles d’essai comportaient deux rangs. Elles en comptent maintenant quatre et seul le rendement des rangs intérieurs est pris en compte. «Les semenciers estimaient qu’avoir seulement deux rangs pouvait fausser les résultats, raconte l’agronome Gilles Tremblay, président du Réseau maïs. Un hybride court était susceptible de souffrir de l’ombrage créé par l’hybride voisin s’il était plus long.»

«Des recherches américaines et françaises ont regardé l’effet du nombre de rangs pour comparer le potentiel des hybrides, poursuit M. Tremblay. Elles confirment qu’il peut y avoir un effet lié à la juxtaposition d’un hybride élevé à un hybride court.»

Le spécialiste du maïs s’est lui-même livré à une vérification. «J’aime avoir aussi des données de recherche québécoises pour me faire une opinion, confit-il. En 2017, j’ai fait des analyses statistiques pour comparer le rendement des rangs intérieurs et et des rangs extérieurs et elles vont dans le même sens que les résultats internationaux.»

Quelle est la plus petite surface de parcelle qui permet de bien comparer des hybrides : 4 rangs?.. 6 rangs?…8 rangs? «Les recherches démontrent qu’à quatre rangs, ça fonctionne correctement», répond le responsable.

Signalons que Le Bulletin vient de publier une nouvelle vidéo sur les essais du Réseau maïs. L’agronome Julie Durand y décrit comment on s’assure de la validité des résultats. Suivez-là dans les parcelles!

à propos de l'auteur

Journaliste

André Piette est un journaliste indépendant spécialisé en agriculture et en agroalimentaire.

Commentaires