Les producteurs agricoles immigrants sont Américains…et Chinois

Plusieurs changements se sont produits en 20 ans sur ce qui caractérise les producteurs immigrants

Parmi les nouveaux arrivants au pays se trouvent des agriculteurs. Si auparavant ils émigraient surtout de l’Europe (dont les Pays-Bas), ils proviennent maintenant surtout des États-Unis et de la Chine. Ce changement est un des nombreux rapportés par Statistique Canada.

En 2016, le pays de naissance le plus souvent déclaré par les exploitants agricoles immigrants était les États-Unis (24,0 %), suivi de la Chine (12,2 %).

Graphique 1 Certains pays de naissance des exploitants agricoles immigrants selon la période d’immigration, Canada, 2016

Articles connexes

Autre particularité, les nouveaux exploitants agricoles vivaient en grand nombre en milieu urbain, surtout dans le cas de ceux provenant des États-Unis. Le quart d’entre eux, arrivés entre 2011 et 2016, ont déclaré vivre dans des centres urbains, contre 15,7 % pour les nouveaux arrivants Chinois et 14,3% pour les exploitants agricoles non immigrants.

L’Ontario demeure également un point d’attraction pour les producteurs agricoles immigrants qui composent 34,6% de l’ensemble des producteurs de la province, un chiffre qui est toutefois en baisse par rapport à 2016 (34,6%). L’Ontario attire aussi davantage les nouveaux venus émigrant de  Chine. Pour la période de 2011 à 2016, une forte proportion d’entre, soit presque 59%, ont choisi la province la plus peuplée du pays. Trois autres provinces ont attiré les immigrants chinois: la Colombie-Britannique (24,3 %), le Nouveau-Brunswick (8,9 %) et la Saskatchewan (8,2 %).

Les immigrants américains ont pour leur part préféré la Colombie-Britannique à 39%.

Tableau 1
Répartition des exploitants agricoles selon la province et le statut d’immigrant, Canada, 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition des exploitants agricoles selon la province et le statut d’immigrant. Les données sont présentées selon Province (titres de rangée) et Exploitants agricoles, Immigrants arrivés entre 2011 et 2016, Autres immigrants, Non-immigrants, Chine et États-Unis, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
ProvinceExploitants agricoles
Immigrants arrivés entre 2011 et 2016Autres immigrantsNon-immigrants
ChineÉtats-Unis
pourcentage
Terre-Neuve-et-Labrador0,00,00S0,2
Île-du-Prince-Édouard 0,010,70,60,7
Nouvelle-Écosse0,00,01,71,7
Nouveau-Brunswick8,90,00,91,1
Québec0,04,56,616,3
Ontario58,713,134,625,2
Manitoba0,04,66,77,4
Saskatchewan8,211,24,017,9
Alberta0,017,018,121,4
Colombie-Britannique24,339,026,88,1

Une des autres particularités notables réside dans le type de production choisie. Plus de la moitié des exploitants agricoles immigrants provenant de la Chine pratiquaient la culture en serre et en pépinière tandis que les Américains se concentraient davantage sur l’élevage de bovins de boucherie ou sur l’agriculture de soutien à l’élevage de bovins de boucherie (foin).

Le capital des deux groupes majoritaires se situait en dessous des moyennes des producteurs du pays (2,7 M$) mais aussi des producteurs immigrants provenant d’ailleurs (2,9 M$).

En 2016, les exploitants agricoles venus des États-Unis dans les cinq dernières années exploitaient des fermes dont le capital agricole total moyen déclaré se chiffrait à 1,4 M$. Pour leurs homologues d’origine chinoise, le capital agricole total moyen déclaré s’est chiffré à 1,3 M$.

Selon les résultats du Recensement de l’agriculture de 2016 et les données du Recensement de la population de 2016, les immigrants constituaient 8,7 % des exploitants agricoles canadiens, soit 23 440 personnes.

Par ailleurs, les immigrants récents, c’est-à-dire ceux qui sont arrivés au Canada entre 2011 et 2016, représentaient 1,7 % des exploitants agricoles immigrants en 2016.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires