Les secrets de l’ensilage en silos-sacs

L'ensilage du maïs approche à grands pas. Soyez prêt!

L’année 2020 a été difficile du côté des fourrages. Plusieurs voudront se reprendre avec une bonne réserve de maïs ensilage. Les silos-sacs sont une belle façon pour constituer cette réserve supplémentaire.

L’an dernier, j’avais visité la ferme Bergeroy de Saint-Samuel au Centre du Québec pour voir comment ils s’y prenaient pour la réalisation des silos-sacs. Depuis une quinzaine d’années, les frères Claude et René Bergeron conservent tous leurs fourrages sous forme de silos-sacs. Il s’y connaissent!

«Les sacs offrent de la flexibilité, explique René Bergeron. C’est un bel outil pour faire une réserve.» Cela est notamment le cas pour les producteurs laitiers qui n’ont qu’un seul silo-tour d’ensilage de maïs et qui veulent servir en tout temps un maïs-ensilage fermenté à leurs vaches. C’est aussi un bel outil pour les producteurs qui veulent essayer le maïs-ensilage pour la première fois.

Voici donc les installations de la famille Bergeron.

Lorsque les Bergeron commencent leur silo, le bout du sac est fermé par un noeud qui est ensuite placé sous le sac. Un panier est retenu par deux câbles à l’ensacheuse. Le tout permet de retenir le fond du sac et assure une bonne compaction de l’ensilage.
photo: Marie-Josée Parent

Au début du remplissage, le sac est complètement plié, mais il se déplie au fur et à mesure qu’il se remplit.
photo: Marie-Josée Parent

De chaque côté de l’ensacheuse, un tambour d’enroulement des câbles et les freins des câbles permettent de maintenir la tension dans le sac afin d’avoir une bonne compaction de l’ensilage.
photo: Marie-Josée Parent

Le format d’ensacheuse dépend du diamètre du sac qui, lui, dépend de la reprise et donc de la taille du troupeau à nourrir. À la Ferme Bergeroy avec ses 400 vaches laitières, le format est de 10 pi, mais il pourrait être de 12 pi, soit le plus grand sur le marché. Le plus petit format est de 8 pi.
photo: Marie-Josée Parent

Les photos ont été prises durant le chantier d’ensilage d’herbe, mais la conception est la même pour l’ensilage de maïs.
photo: Marie-Josée Parent

Les rongeurs sont des ennemis de l’ensilage en sac. L’ensilage de maïs est particulièrement recherché par les rongeurs en raison des grains de maïs présents dans l’ensilage. Un sol sans herbe est l’idéal puisqu’ils sont ainsi moins attirés. L’ajout de pièges près des trous complète la stratégie.
photo: Marie-Josée

Une échelle sur le sac permet de s’assurer que le sac n’est pas surchargé, ce qui pourrait nuire à sa résistance.
photo: Marie-Josée Parent

Lors de la reprise, le sac est découpé d’une telle façon que la qualité de l’ensilage sera préservée. Il est découpé en diagonale pour permettre de conserver le sac sous l’ensilage, ce qui évitera de le souiller avec la terre. Le devant sera ouvert ainsi que le dessus et les côtés pour permettre la reprise avec la pelle du tracteur.
photo: Ferme Bergeroy

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Marie-Josée Parent

Commentaires