Maïs: stress à différents stades

Un récent article publié par l’Université de l’État de l’Ohio résume les principaux stades du maïs et leur sensibilité aux différents stress environnementaux.

Avant V5 :

Le point de croissance se situe sous la surface du sol et est protégé des conditions extrêmes. Les dommages aux feuilles par le gel tardif ou autre ont peu de conséquences sur le rendement. Toutefois, une émergence non uniforme causée par un manque d’humidité, un croûtage du sol ou une profondeur de semis inégale provoque une croissance inégale. Il en résultera une compétition entre les plants sur le rang, ce qui réduit le potentiel de rendement.

Stade V5-V7 : Détermination du nombre de rangs de l’épi.

Certains hybrides règlent le nombre de rangs par épi aussitôt que V5. Au stade V7, cette étape est complétée pour tous les hybrides. Dès ce moment, on peut savoir si les épis auront 14, 16 ou 18 rangs de circonférence.

Stade V9 à VT (sortie des croix) : Longueur des rangs sur l’épi.

Des conditions favorables stimulent la formation des ovules jusqu’à la fin des stades végétatifs. Un stress durant cette période réduit le potentiel de rendement de chaque plant individuellement. Des hybrides flexibles peuvent initier plus d’ovules que les hybrides fixes si les conditions sont favorables.

VT (sortie des croix) / R1 : Pollinisation.

Les ovules doivent être fertilisées pour se transformer en grain. Des températures élevées et un manque d’eau peuvent accélérer la sortie des croix avant la sortie des soies. L’absence de synchronisation entre les deux causes des problèmes de pollinisation. L’élongation de l’épi se réalise au stade R1. Les pertes de rendement peuvent aller jusqu’à 13 % par jour de stress.

corn_pollination_6R2-R3 : Nombre de grains remplis.

Un stress à ce stade peut causer l’avortement des grains en formation par un manque de glucides. La production de sucres diminue avec un stress de température ou d’humidité, car la photosynthèse est au ralenti. La plante va sacrifier les derniers grains pollinisés, typiquement au bout de l’épi.

R4-R5 : Grosseur des grains.

Au stade R4 (grain gâteux) et R5 (grain denté), les stress environnementaux réduisent l’accumulation des sucres sous forme d’amidon dans le grain. Au début du stade R5, seulement 45 % de la matière sèche est rendue dans les grains. Toutefois, c’est plus de 90 % de la matière sèche qui est accumulée lorsque la ligne de lait est rendue à 50 %. Un gel hâtif avant le stade R6 (pleine maturité) peut réduire le rendement final en stoppant la production d’amidon.

Source : Ohio State University News letter

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires