Marché des grains : Les obstacles se multiplient pour les céréales

Les analystes parient que les nouvelles seront mauvaises pour encore quelque temps

La semaine a de nouveau été difficile pour les principales céréales à Chicago. Le blé a encaissé une 3e semaine consécutive de pertes tandis que le soya a reculé à son niveau le plus bas depuis sept mois. Le maïs a suivi la tendance en perdant également des plumes cette semaine.

Le soya a reculé devant la perspective de superficies plus grandes qui pourraient être semées ce printemps devant la météo qui ne collabore guère. De la pluie et de la neige étaient annoncées dans le centre des États-Unis ainsi qu’au nord du pays pour la fin de semaine. Si les retards s’accumulent, les producteurs pourraient n’avoir autre choix que de laisser leurs plans de semer en maïs et d’y aller pour le soya. La perspective n’a guère plu au marché puisque les réserves de soya sont importantes aux États-Unis, d’autant plus que les négociations entre la Chine et les États-Unis s’enlisent depuis plusieurs semaines. Des négociateurs américains doivent se rendre en Chine à la fin du mois pour relancer les discussions.

Articles connexes

Les analystes s’interrogent aussi à savoir si la demande de la Chine reviendra même si les le conflit commercial est réglé en raison de la peste porcine qui affecte le cheptel porcin. La Chine qui est le plus grand producteur de porcs au monde devrait voir sa demande en soya fortement diminuer.

Entretemps, le Brésil devrait enregistrer sa plus 2e plus importante production de soya de son histoire pour 2018-2019 à 115,46 millions de tonnes de soya contre 119,3 millions de tonnes l’an dernier.

Le maïs a fortement fluctué à la baisse cette semaine en réaction aux chiffres dévoilés le Conseil international des grains. Les stocks ont été relevés à la hausse, ce qui a été mal accueilli par les marchés. Les contrats à court terme pour le maïs ont atteint un record cette semaine, anticipant encore des mauvaises nouvelles pour le grain. Ce genre d’actions laisse toutefois le champ libre à de courts rallyes selon l’actualité. En un mois, le maïs a perdu 7% de sa valeur à Chicago.

Le blé a aussi réagi à des nouvelles de productions abondantes. Plusieurs pays comme la Russie, l’Allemagne et le Canada devraient augmenter les récoltes pour 2019-2020 tandis que les conditions du blé en Russie semblent bonnes. C’est aussi le cas aux États-Unis où le dernier rapport sur les conditions des cultures indiquait des cultures en bonnes et excellentes conditions.

Le boisseau de soja pour juillet a perdu 3,1% pour terminer à 8,6700 $US contre 8,9425 $US jeudi dernier, à la veille du congé Pascal.

Le boisseau de maïs pour juillet a décliné de 1,6% à 3,6125 $US par rapport à 3,6725 $US une semaine auparavant.

Le boisseau de blé  pour juillet a reculé de 1,3% à 4,4250 $US comparativement à 4,4825 $US la semaine dernière.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires