Moins de maïs, moins de soya

Les rendements en grandes cultures au Canada seront bien moindres cette année, d’après des projections de Statistique Canada publiées cette semaine par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC).

Une saison idéale l’an dernier, suivie d’une météo capricieuse cette année, feront en sorte que la production canadienne de maïs devrait chuter de 15 % et celle de soya, de 11 %.

Dans le document Canada : perspectives du marché des céréales et oléagineux pour 2011-2012, AAC émet aussi des projections pour les autres céréales et oléagineux. Voici ce qu’on y mentionne au sujet du maïs et du soya :

Maïs
En 2011-2012, on prévoit que la production canadienne de maïs diminuera de 15 % en raison de la baisse des rendements dans l’est du Canada. En effet, on évalue le repli du rendement global à 14 % par rapport au niveau record de 2010-2011.
L’offre totale devrait diminuer de 10 % en raison du rétrécissement des stocks de report et de la baisse de production.
Les importations devraient atteindre des niveaux records à cause de la baisse de l’offre intérieure. L’utilisation intérieure totale devrait augmenter légèrement par rapport à 2010-2011, l’utilisation fourragère étant essentiellement identique.
Les stocks de fin de campagne devraient chuter de 9 % en raison du recul de l’offre totale.
Le prix moyen au silo de Chatham devrait augmenter en raison du prix plus élevé prévu du maïs aux États-Unis, et de la demande intérieure légèrement supérieure.

Les États-Unis prévoient certes engranger une plus grosse récolte de maïs qu’en 2010-2011, mais le bilan de cette culture aux États-Unis demeurera serré. Les températures anormalement élevées et les précipitations au-dessous des moyennes au mois de juillet dans une grande partie du bassin de culture du maïs ont nettement réduit les prévisions de rendement des États-Unis.

Soya
Pour 2011-2012, la production canadienne de soya est estimée à 3,9 millions de tonnes, soit 11 % moins que l’an dernier, car les rendements inférieurs ont plus qu’annulé l’augmentation des superficies.
La superficie récoltée est estimée à 1,51 million d’hectares, ce qui laisse penser que très peu d’emblavures ont été abandonnées. Environ 67 % du soya canadien est produit en Ontario, 21 % au Québec et 10 % au Manitoba.
L’offre devrait diminuer de 12 % en raison des stocks de report inférieurs et d’une production plus faible. Les exportations devraient diminuer de 14 % en raison de l’offre restreinte, bien que la demande mondiale reste forte.
L’activité de trituration devrait être la même qu’en 2010-2011, mais la baisse d’utilisation fourragère et la réduction du volume des déchets et d’impuretés se traduiront par une baisse globale de la consommation intérieure. Les stocks de fin de campagne devraient chuter de 0,1 million de tonne en raison des stocks restreints.
Les prix seront appelés à augmenter en raison de la hausse des prix du soya aux États-Unis.

Commentaires