Quoi faire et ne pas faire avec les cultures de couverture

Des experts donnent leurs conseils pour mieux réussir les cultures de couverture

Le Crop Protection Network est un réseau d’experts provenant des différentes universités américaines (Purdue, Ohio State, Kansas State, Michigan State, Wisconsin, North Dakota State, Iowa State, Nebraska) et du ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales de l’Ontario. Ils ont publié récemment un résumé de la gestion des mauvaises herbes, des insectes et des maladies en présence de cultures de couverture ou engrais verts.

Pour une bonne gestion des mauvaises herbes

  • Détruire les engrais verts avant le semis.

Après l’émergence de la culture principale, le choix des herbicides est plus limité.

  • Choisir les bonnes espèces et utiliser la semence de qualité.

Certains mélanges de cultures de couverture peuvent être contaminés avec des semences de mauvaises herbes. Certaines espèces sont aussi plus difficiles à détruire.

  • Ne pas réduire ou éliminer l’utilisation d’herbicides.

Utiliser un traitement en pré-émergence avec plusieurs modes d’action. Utiliser la pleine dose recommandée sur l’étiquette. L’abondance de résidus peut limiter la quantité de bouillie qui atteindra le sol. Surveiller les restrictions sur l’étiquette du produit pour le choix des engrais verts qui suivront la culture principale.

  • Ne pas se fier uniquement sur les cultures de couverture pour contrôler les mauvaises herbes.

Un couvert de seigle bien implanté peut supprimer entre 40 % et 60 % de certaines espèces. Mais d’autres engrais verts ont des performances très variables pour le contrôle des mauvaises herbes.

 

Pour une gestion optimale des insectes

  • Dépistage continu.

Les cultures de couverture sont plus attrayantes pour les insectes que les sols à nu et en travail conventionnel.

  • Ne pas traiter inutilement.

Les cultures de couverture attirent plus d’insectes, mais plusieurs d’entre eux sont bénéfiques.

  • Ne pas semer immédiatement après la terminaison des cultures de couverture

Les insectes présents seront affamés. Leur nourriture principale étant éliminée, ils pourront se rabattre sur le maïs ou le soya nouvellement implanté, même s’ils ne sont pas habituellement attirés par cette plante.

  • Attendre 10-14 jours après la destruction des engrais verts.

Ce délai assure que les insectes nécessitant une grande quantité de nourriture (comme les larves de légionnaires ou de vers gris noir) meurent de faim avant l’émergence de la culture.

 

Pour limiter les maladies

  • Ne pas compter uniquement sur les engrais verts pour réduire la présence de maladies.

Les cultures de couverture sont des plantes hôtes à la fois pour les organismes bénéfiques pour la santé du sol et ceux causant des maladies, incluant les nématodes. Les engrais verts modifient le microenvironnement du sol. Les effets sur les maladies sont encore peu connus.

  • Ne pas semer immédiatement après la destruction des engrais verts

Les cultures de couverture peuvent devenir un pont vert et favoriser les populations de virus et agents pathogènes qui attaquent les jeunes plantules de la culture principale. Un délai de 10 à 14 jours est recommandé.

  • Utiliser plusieurs régies des cultures.

L’approche intégrée de gestion des maladies est recommandée avec l’utilisation des engrais verts : le choix de variétés ou hybrides résistants, la rotation des cultures, la gestion des résidus et l’application de fongicides, lorsque nécessaire.

Source : Cool Bean Info

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires