Ligne de temps

Tallage et rendement dans le maïs

Avec la croissance des cultures dans les champs, les plants se développent et prennent de la maturité. Il se peut que certains producteurs observent de qu’on appelle le tallage ou l’apparition de tiges secondaires. Le phénomène fréquent dans les graminées est plus rare dans le maïs. Des branches se développent à partir de bourgeons sur les cinq à six nœuds inférieurs de la tige principale d’un plant de maïs. Elles sont en tous points semblables à la tige principale d’un point de vue morphologique produire leurs propres racines, nœuds, feuilles, panicules et épis si la saison de croissance est suffisamment longue.

Contrairement aux idées reçues, ces tiges ne prennent pas l’énergie de la tige principale à son détriment. Elles n’ont pas d’impact sur le plant et peuvent être un atout pour l’ensilage puisque la matière sèche produite sera plus abondante. Quant plusieurs tiges portent des épis, elles agissent de manière indépendante.

Le phénomène se produit en fonction de plusieurs facteurs : le peuplement, l’espacement, la fertilité, les conditions de croissance en début de saison et le bagage génétique de l’hybride. Le tallage a davantage de chance de se produite quand les nutriments et l’eau sont abondants, ou bien si la génétique est propice à ce phénomène. Il peut aussi se retrouver dans les zones plus clairsemées d’un peuplement et près des bords de champ. Un tallage normal est considéré tel si le plant compte de deux à trois tiges de plus. Au-delà, c’est peut-être le signe d’un sous-peuplement ou d’un manque de densité dans les rangs. La solution pourra être corrigée dans les années suivantes.

Source: Stéphane Myre, agronome pour Dekalb

à propos de l'auteur

Commentaires