Un bon départ pour la luzerne, mais il manque d’eau

C’est parti pour la première coupe!

Jean-Pierre Lavigne est très heureux de sa récolte de luzerne 2021.

Jean-Pierre Lavigne n’a pas vu une aussi belle récolte de luzerne depuis au moins cinq ans. « Le seul problème, c’est la pluie, dit-il. On a eu 10 millimètres d’eau en mai. Habituellement, on en a 80. »

La première coupe de la ferme Lavigne de Sainte-Anne-de-Prescott en Ontario est pratiquement terminée. Il ne reste qu’un petit champ de graminée.

La luzerne a très bien survécu à l’hiver, l’automne a été beau et le printemps a démarré tôt. Toutes des conditions qui ont favorisé la luzerne. Côté pluie, la luzerne a une racine profonde d’un mètre, ce qui l’avantage par manque d’eau. Le rendement de luzerne est de 700 tonnes pour les 150 acres (61 ha).

Les 52 acres (21 ha) de seigle ont aussi donné un très bon rendement. C’est que le seigle est sorti dès les chaleurs du mois d’avril. Le printemps hâtif a favorisé sa croissance. La dernière culture ensilée est une graminée, le festulolium, qui a un peu souffert du manque d’eau et pour qui le rendement est moyen.

Écoutez Jean-Pierre Lavigne nous parler de sa récolte:

L’agronome Jean-François Lemay, expert en fourrages pour Sollio Agriculture, explique qu’il est toutefois trop tôt pour parler de rendement. Certaines régions n’ont pas encore commencé à faucher. C’est le cas notamment dans la région de Québec.

La bonne couverture de neige l’hiver dernier et le manque d’eau ce printemps favorise la luzerne. « La survie à l’hiver était en général très bonne partout dans la province », dit-il.

Jean-François Lemay craint que la première coupe souffre beaucoup d’eau cette année. « Toute la région de Québec et du Centre-du-Québec, c’est très très bas ce qu’on a eu en quantité d’eau, dit-il. C’est plutôt en bas ou très en bas de la moyenne. »

La luzerne a bien survécu à l'hiver. photo: Marie-Josée Parent

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires