Un cas de résistance lié à l’amarante tuberculée en Montérégie

Un nouveau cas de résistance aux mauvaises herbes a été confirmé avec un cas d’amarante tuberculée détectée en Montérégie-Ouest, indique Le Réseau d’avertissement phytosanitaire (RAP) par le biais d’Agri-réseau. La résistance concerne les herbicides des groupes 2,5 et 9, soit l’atrazine et le glyphosate. C’est une analyse à l’Université Guelph qui a révélé que ces plants d’amarante tuberculées étaient résistants. Dans ce cas précis, il s’agirait d’une contamination provenant de l’extérieur de l’entreprise et non d’un problème résultant d’une gestion inadéquate des herbicides, précise l’organisme.

Plantule au stade 2 feuilles
Source: Peter Smith, U. de Guelph, CRAAQ

Comme l’indique RAP, l’amarante tuberculée est une mauvaise herbe annuelle récemment introduite au Québec. Elle a été confirmée pour la première fois résistante à certains herbicides à l’automne 2017, en Montérégie-Ouest. Une fiche de reconnaissance est d’ailleurs disponible.

Ce cas s’ajoute aussi à la confirmation de la résistance au glyphosate de populations de moutarde des oiseaux décelée au Centre-du-Québec, annoncée à l’automne 2017. Une liste des mauvaises herbes résistantes aux herbicides est disponible également. RAP rappelle qu’il est important d’appliquer des stratégies pour faire face à ce problème en cette période des semis. Il ne faut surtout pas négliger le désherbage, malgré la tentation d’aller de l’avant avec les semis, surtout qu’un report d’une intervention peut avoir des conséquences pour le reste de la saison.

à propos de l'auteur

Commentaires