Une récolte à deux vitesses

Pluie et neige ont mis le frein sur la saison des récoltes à la grandeur de l’Amérique du Nord. Après un bon départ en septembre, tout est au ralenti et les progrès ont été minimes, que ce soit pour le soya et le maïs. L’inquiétude commence d’ailleurs à se faire sentir sur les conséquences de ces délais sur la qualité et le rendement du soya.

Le département américain de l’Agriculture (USDA) rapportait un progrès de 6% sur la récolte de soya qui se trouve complétée à 38% contre 32% la semaine dernière. En 2017, les producteurs avaient réalisé 47% de la récolte sur une moyenne de cinq ans de 53%. Seulement trois des 18 États plus importants producteurs de la fève ont terminé plus que la moitié de la récolte Il s’agit de l’Illinois (60%), le Mississippi (73%) et la Louisiane (86%). La maturation des champs est quasi complète à 95% et en avance sur la moyenne sur cinq ans (92%). L’état des grains a reculé de deux points la semaine dernière. Selon le gouvernement, 66% des cultures sont en bonne-excellente condition, 23% est dite satisfaisante, en hausse de 1%, tandis qu’une autre proportion (11%) est jugée pauvre ou très pauvre, également en hausse de 1%.

Articles connexes

Quant au maïs, la situation semble nettement meilleure. À la fin de la semaine dernière, 39% du maïs avait été engrangé contre 34% pour la semaine précédente. Mais le chiffre est nettement en avance sur les progrès faits à la même date en 2017 (27%), tandis que la moyenne sur cinq ans est de 35%. L’été chaud de 2018 a également eu un effet sur la maturation des cultures évaluée à 96% contre 89% en 2017 et 91% pour la moyenne sur cinq ans. La qualité en champ est demeurée inchangée avec 68% estimée bonne à excellente. Un autre 20% est évalué pauvre et 12% très pauvre.

Selon la Financière agricole, le retard est moins dramatique au Québec. En date du 9 octobre, 35% du soya avait été récolté jusqu’à présent, ce qui est un progrès de 22% en deux semaines et davantage qu’en 2017  (20%). Le maïs-grain  a suivi la tendance américaine et fait des progrès avec 3% des superficies récoltées. Il faut remonter à 2015 dans les cinq dernières années pour voir une avance pareille dans la culture à la même date. À l’époque, 4% des superficies avait été réalisées. Plusieurs agronomes interrogés la semaine dernière sur la récolte de soya avait d’ailleurs indiqué que des producteurs étaient entré dans les champs de maïs afin de prendre de l’avance et en attendant que le soya soit fin prêt pour la récolte.

La question reste maintenant à voir si les rendements seront affectés par le rythme de la récolte. Déjà, plusieurs analystes prévoient que le USDA devra revoir à la baisse ses prévisions de rendements, surtout pour le maïs où un rendement record de plus de 181 boisseaux à l’acre est prévu.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires