Une récolte qui traîne de l’arrière

La météo joue les trouble-fête dans les progrès de la récolte de maïs-grain

L’année 2019 confirme encore son statut d’année particulièrement difficile pour les producteurs de céréales. Après les semis ardus du printemps en raison de l’humidité, la récolte est de nouveau retardée par la pluie. Des records de pluie ont été enregistrés en octobre au Québec, au point où les progrès dans les récoltes sont nettement en deçà de la moyenne sur quatre ans dans la province. En date du 29 octobre, seulement 2% du maïs-grain était récolté. À pareille date l’an dernier, 21% des superficies était complétées, 22% en 2017 et 12% en 2016, selon le plus récent rapport de la Financière agricole.

Articles connexes

Le rapport hebdomadaire de Grainwiz confirme que peu ou pas de progrès ont eu lieu dans la dernière semaine en raison des conditions humides sur le terrain. Selon leurs estimations, 6% de la récolte serait terminée. L’indice des sols se situe à 4,57 sur une échelle de 1 à 5, ce dernier signalant un sol en surplus d’humidité.

À la faible progression de la récolte s’ajoute des problèmes de qualité. Grainwiz note que les cas de moisissure de l’épi sont à la hausse. Les cas de verse augmentent également à la suite des vents violents qui ont balayé le Québec vendredi dernier. L’état des cultures a diminué, les cultures en bon à excellent état passant de 33% à 28%, le niveau le plus faible depuis le printemps.

La Financière agricole a indiqué dans son dernier rapport livré vendredi dernier avoir reçu 2171 avis de dommages quant aux cultures de céréales, de maïs-grain et de protéagineuses, surtout dans en Montérégie et dans le Centre-du-Québec, pour un montant de 3,3 M$. Les raisons invoquées sont la pluie et la sécheresse.

Les prochains jours pourraient être plus faciles si les prévisions météo s’avèrent justes. Un coup de froid sous les normales est prévu avec des températures sous le point de congélation, avec du temps plus sec. Les sols gelés pourraient aider les producteurs à entrer dans les champs et débuter la récolte.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires