Une technologie pour le cancer au service des producteurs de grains

Une technique d’imagerie électromagnétique conçue à l’origine pour détecter les tumeurs du cancer du sein est maintenant adaptée pour une utilisation totalement différente : localiser le grain gâté dans les silos.

Le projet de recherche à l’Université du Manitoba utilise l’imagerie électromagnétique (EMI) pour créer un profil en 3D d’un silo, montrant des poches d’humidité qui peuvent surchauffer et pourrir.

Le système est la dernière phase d’un projet qui vise à surveiller les silos de stockage afin de détecter le grain possiblement en phase de détérioration. Le but est d’aider les agriculteurs à trouver une solution à l’éternel problème de pertes liées à la détérioration après récolte et estimées à plus d’un milliard de dollars par an au Canada.

Les développeurs estiment que le système 3D EMI se démarquera des systèmes actuels. Ceux-ci utilisent des câbles de surveillance qui mesurent les niveaux de chaleur à différents endroits à l’intérieur des silos à grains.

Paul Card, PDG de 151 Research Inc., souligne la différence de l’EMI qui est proactif puisqu’il indique une anomalie dès qu’elle est détectée, ainsi que l’endroit.

L’idée est née d’un système d’imagerie micro-onde 3D pour détecter le cancer du tissu mammaire humain. Il fonctionne de manière similaire à un scanner CT mais à une fréquence beaucoup plus faible. L’équipe à l’origine de la recherche y a vu une opportunité pour l’imagerie des grains. Celui-ci demandait des changements puisqu’un silo à grains est évidemment très différent du sein humain.

La carte explique que 24 antennes, agissant comme récepteurs et émetteurs, sont réparties autour des parois intérieures du silo. Une onde sinusoïdale (tonalité) est diffusée sur un émetteur-récepteur et reçue sur les autres pour développer un profil 3D du silo et son contenu. Étant donné que la capacité du grain à transmettre des rayonnements électromagnétiques (appelée propriété diélectrique) dépend de son humidité, elle peut être utilisée pour générer une carte d’humidité comme une analyse 3D utilisée pour détecter les tumeurs.

Les informations peuvent ensuite être transmises à un ordinateur ou à un téléphone portable afin que le producteur puisse lire les résultats sans même avoir à aller au bac.

Un autre avantage est que le système peut indiquer exactement combien de grain est dans le bac. Une baisse inattendue du volume indique la possibilité d’un vol de grain.

Prototype testé cet automne

Le projet est en phase finale de développement. Les développeurs s’attendent à installer jusqu’à une douzaine de prototypes dans des silos près de Winnipeg cet automne. Un produit commercialisé devrait être prêt à temps pour la saison 2018. Le coût varie selon la taille du silo, mais il devrait être compétitif avec les moniteurs par câbles.

Article paru dans Country Guide

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires