20$ par porc demandé au fédéral

La pandémie continue de faire des vagues. Déjà affectés par des prix faibles depuis le début de l’année et les restrictions à l’exportation de la part de la Chine, les producteurs de porcs lancent un appel au gouvernement fédéral pour soutenir la production. Les changements dans la chaîne de distribution ont amené des difficultés supplémentaires, ce qui s’ajoutent aux nombreuses fermetures d’abattoir au pays. Les producteurs disent subir des pertes de 30 $ à 50 $ pour chaque porc vendu en 2020. Le montant de la perte totale s’élèverait à 675 M$, selon le Conseil canadien du porc. Le Canada compte 7000 producteurs de porcs.

L’organisme dit craindre une dévastation encore plus grande si la pandémie s’éternise.

Impact de la COVID-19 sur les contrats à terme transigés à Chicago.

« Nous demandons au gouvernement un paiement d’urgence équivalent à 20 $ par porc, afin que les éleveurs de porcs puissent continuer à payer leurs comptes, à nourrir leurs porcs et à produire des aliments pour les familles canadiennes », explique Rick Bergmann, président du Conseil canadien du porc (CCP) et producteur du Manitoba. « Sans ce paiement, les fermes familiales disparaîtront et nous serons témoins des perturbations de la chaîne d’approvisionnement alimentaire et d’une insécurité alimentaire accrue au fil du resserrement de l’offre et de la hausse des prix des aliments », ajoute M. Bergmann.

Selon le président du CCP, les gouvernements disposent déjà des outils pour aider les producteurs. Le groupe collabore avec les représentants gouvernementaux afin de leur communiquer la gravité et l’urgence de la situation. Les propositions doivent être présentées au ministre des Finances jeudi après-midi.

Le CCP indique que la population pourrait subir les conséquences des problèmes actuels. Un appui du gouvernement est demandé afin que les producteurs puissent « maintenir leur production d’ici la fin du mois ». « Les éleveurs de porcs ne peuvent simplement pas se permettre de maintenir l’élevage dans de telles conditions », indique René Roy, 1er vice-président du CCP. « Nous aimons notre métier et nous sommes fiers d’offrir à la population une protéine sécuritaire et de grande qualité, mais nous avons l’impression d’assumer seuls les répercussions de cette crise mondiale », affirme M. Roy.

Selon le site Realagriculture, le gouvernement américain a accordé 1,6 G$ US aux producteurs de porcs du pays.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires