Ajout de carbonate de potassium, oui ou non?

Certaines rations sont à risque de faire diminuer la teneur en matière grasse du lait. Elles contiennent habituellement une teneur élevée en acide linoléique présent notamment dans les drêches de distillerie, la graine de soya et le tournesol. Ces rations sont donc les plus susceptibles de bénéficier d’un apport de carbonate de potassium pour maintenir la teneur en matière grasse du lait.

On sert habituellement des rations contenant une teneur élevée en concentrés aux vaches en début de lactation pour répondre à leurs importants besoins énergétiques. Elles induisent toutefois souvent des perturbations du rumen. Celles-ci se traduisent par une chute de la teneur en matière grasse du lait. Cette baisse de matière grasse a un impact direct sur la paie de lait des producteurs. Comment faire pour la prévenir?

Des études ont démontré qu’une variation du profil minéral de la ration pouvait augmenter la teneur en matière grasse du lait. Novalait a supporté un projet de recherche de l’Université Laval qui a validé la question dans notre contexte de production québécoise.

Les résultats obtenus sont nuancés. Le profil minéral de la ration influence la teneur en matière grasse du lait, mais une grande variabilité existe entre les vaches et selon le type de ration. L’ajout de carbonate de potassium dans la ration par un supplément commercial tel que le DCAD+ mc (K2CO3) a permis de maintenir la teneur en matière grasse du lait, malgré la présence d’huiles végétales dans la ration. En effet, chez les vaches recevant des rations riches en concentrés, l’ajout de K2CO3 au taux de 1,5 % de la matière sèche ingérée a permis d’augmenter de plus de 20 % la teneur en matière grasse du lait. Attention, cette augmentation s’est accompagnée d’une légère baisse de production. Au final, dans l’étude, l’ajout de carbonate potassium n’a pas fait augmenter la quantité totale de matière grasse produite quotidiennement. Pour des retombées économiques optimales, l’ajout de K2CO3 à la ration s’applique à des vaches ou des groupes de vaches qui reçoivent des rations riches en concentrés contenant de l’huile.

Donc si vous avez une ration équilibrée qui permet de maintenir de bonnes performances laitières dans le troupeau, l’ajout de carbonate de potassium dans la ration n’est peut-être pas pour vous. L’augmentation de la teneur en matière grasse du lait ne compensera peut-être pas le coût du supplément. Faites le calcul avec votre conseiller en alimentation.

Rappel des bonnes pratiques pour améliorer la teneur en matière grasse du lait :

  • Limiter les apports en acide linoléique;
  • Augmenter la teneur en fibre efficace (NDFe);
  • Éviter le tri de la ration par les vaches.

Découverte inattendue

Le projet a engendré une autre découverte : l’augmentation de la teneur en potassium de la ration par l’ajout de K2CO3 menace l’équilibre minéral du tissu mammaire. Ce résultat inattendu et inédit encourage la poursuite de nouvelles recherches.

Identifier le profil minéral idéal d’une ration pour produire un lait à teneur intéressante en matière grasse et protéger la santé du tissu mammaire est un défi motivant pour nos chercheurs.

Pour visionner une courte vidéo sur le projet, cliquez ici.

Article en collaboration avec Novalait.

à propos de l'auteur

Commentaires