Coup de chapeau pour le premier Guide pour l’élevage des canards

L’Association des éleveurs de canards et d’oie du Québec remporte le prix Coup de Chapeau de la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux

Lors de la 8assemblée générale de ses membres, la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux a remis son prix Coup de chapeau 2018 à l’Association des éleveurs de canards et d’oie du Québec  (AECOQ) pour la réalisation de la première édition du Guide pour l’élevage des canards.

Articles connexes

Il s’agit d’un effort de filière ayant mobilisé plusieurs organisations afin d’améliorer la santé et le bien-être des canards au Québec. Le guide s’inspire des codes produits par le Conseil national pour le soin des animaux d’élevage. Il a été financé par Agriculture et Agroalimentaire  Canada et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

La production de viande de canards et le gavage n’étaient couvert par aucun code de pratiques à l’échelle nationale. «Nous voulions répondre à une certaine acceptabilité sociale, explique en entrevue le président de l’AECOQ et éleveur de canards dans la région de Québec (Le Canard Goulu), Sébastien Lesage. Nous voulions montrer que l’élevage et même le gavage de canards répond à des normes sévères. On veut être proactifs et démontrer qu’on prend ça au sérieux le bien-être des animaux.»

Le Québec compte une cinquantaine d’éleveurs de canards dont une vingtaine sont membres de l’Association. Sébastien Lesage dit souhaiter que tous les éleveurs, pas seulement les membres de l’AECOQ, l’utiliseront. «Actuellement, il y a de l’importation, de la Hongrie notamment, dit-il. Il fallait baliser pour démontrer que ces canards ne répondent pas aux mêmes normes.»

Audits

«Notre prochain cheval de bataille est de mettre en place des audits à la ferme pour garantir que tel élevage respecte les exigences», dit Sébastien Lesage. Il explique que tous les éleveurs, même ceux qui ne sont pas membres de l’AECOQ seront invités à y participer. «Pour qu’éventuellement, tous les éleveurs respectent le guide», dit-il. Dans un autre volet encore, l’AECOQ se questionne sur la mise en place d’une appellation pour faire reconnaître ce respect de la santé et du bien-être des canards, même les canards gavés.

«Aujourd’hui, c’est important pour la population, le bien-être du canard, en particulier le canard gavé, dit Sébastien Lesage. C’est un sujet sensible. C’est une grande fierté pour nous d’avoir reçu le prix Coup de chapeau de la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux.»

Six autres projets étaient finalistes :

Association des médecins vétérinaires en pratique des petits animaux : Semaine nationale de la stérilisation animale au Québec

Association des médecins vétérinaires praticiens du Québec: formation sur l’utilisation judicieuse des antibiotiques chez les bovins laitiers

Centre d’expertise en santé et bien-être animal : mise en place du CESA par la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal

Centre de recherches en sciences animales de Deschambault: Apiprotection: un utilitaire pour géolocaliser les ruches et favoriser leur protection

Les Éleveurs de porcs du Québec : actions concertées pour le développement durable et responsable de la production porcine

Les Producteurs de bovins du Québec : le comité de la biosécurité de la filière bovine

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires