Doit-on donner du colostrum supplémentaire aux veaux?

Seulement quelques minutes après la naissance d’un veau, il est facile et rapide d’évaluer si un veau aura besoin d’un apport supplémentaire de colostrum. Voilà les résultats des travaux d’Elizabeth Homerosky, une vétérinaire de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Calgary, qui a évalué plusieurs tests pour évaluer la faiblesse des veaux. Ce sont possiblement des veaux qui sont simplement faibles, qui ont eu un vêlage difficile ou encore ceux  dont le vêlage a été long et qui manquent d’oxygène à la naissance.

De tous les tests qu’elle a réalisés, le plus fiable pour évaluer la faiblesse des veaux était aussi le plus facile à réaliser : évaluer le réflexe à téter. Il suffit de placer deux ou trois doigts dans la gueule du nouveau-né 15 minutes après la naissance et d’évaluer la vigueur de la tétée.

Le vétérinaire Roy Lewis explique dans l’article Monitoring the suckle reflex in calves, du Canadian Cattlemen que c’est un test fréquemment utilisé. Il a remarqué que les veaux qui ont besoin qu’on leur installe une sonde gastrique sont justement ces veaux qui n’ont pas un réflexe de succion vigoureux. « Ce n’est pas un test compliqué, dit-il. Le réflèxe est soit vigoureux, soit faible. Le résultat est habituellement assez évident et en cas de doute, je l’appellerais faible. »

Les éleveurs est l’habitude de fournir du colostrum chaque fois qu’un vêlage a été difficile. Le Dr. Lewis recommande plutôt d’évaluer le réflèxe de tétée dès qu’une naissance a été difficile. C’est l’étape pour déterminer si le veau aura besoin d’avoir accès à un supplément de colostrum ou non.

Source: Canadian Cattlemen

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires