La génétique à la rescousse de la santé des vaches laitières

La réaction du système immunitaire à un agent stressant ou infectieux est différente d’une vache laitière à l’autre. La docteure Bonnie Mallard et son équipe à l’Université de Guelph, en Ontario, étudient la réponse immunitaire adaptative des vaches qui est responsable de la mémoire à long terme du système immunitaire.

Dans ce type de réponse immunitaire, les vaches ayant une forte réponse immunitaire sont supérieures à celles dont la réponse immunitaire est plus faible. Ces vaches qui ont une réponse immunitaire plus forte ont des mammites moins sévères, impliquant moins d’interventions humaines et de plus courtes durées que les vaches de réponse immunitaire faible. De plus, elles ont 27 % moins de mammite, 17 % moins de métrite et 32 % moins de rétention placentaire que les vaches qui répondent plus lentement à une infection. Leur colostrum est également de meilleure qualité, donc plus riche en immunoglobuline que les vaches moins sensibles aux infections.

La bonne nouvelle dans cette histoire, c’est que l’héritabilité de la réponse immunitaire est de 25 %, pratiquement équivalente à celle de la production laitière qui oscille entre 25 % et 30 %. Il est donc possible de développer des animaux plus résistants aux maladies par la sélection génétique.

Source : Hoard’s Dairyman

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires