La santé de votre troupeau, aussi une affaire de sélection génétique

Au cours des dernières décennies, la sélection des taureaux selon le comptage des cellules somatiques et de quelques critères de conformation était les seuls caractères ayant un impact sur la réduction des maladies chez les vaches laitières, surtout la mammite. Plus récemment, le Canada fait figure de leader mondial par la mise en place de projets de recherche et de développement qui visent à identifier de nouveaux critères génétiques favorisant des troupeaux en santé.

Le projet national de santé qui a été mis en place en 2007 a pour objectif de valoriser la collecte des incidences cliniques des huit principales maladies des troupeaux laitiers canadiens. À ce jour, environ 40 % des troupeaux canadiens contribuent aux données de santé sur une base volontaire, dont une proportion un peu plus grande au Québec grâce à l’utilisation fréquente du logiciel DSA.

L’utilisation de ces données a conduit à la publication d’un nouvel indice « Résistance à la mammite » en août 2014. Cet indice vise à préciser la proportion des filles d’un taureau qui seront affectées par des mammites cliniques ou subcliniques. D’ici deux ans, ces données pourraient aussi servir à la publication d’un indice « Maladies métaboliques » (fièvre vitulaire, acétonémie, déplacement de caillette) afin de sélectionner les sujets les plus résistants pour ces maladies.

Les producteurs laitiers sont invités à prendre le temps d’inscrire de façon précise les huit maladies importantes dans les logiciels Lac-T, Dairy Comp et DSA. Ces données peuvent être utiles à la fois comme outils de gestion du troupeau et pour offrir de nouveaux critères génétiques reliés à la santé.

La technologie Haute Réponse Immunitaire (HIR)

Une technologie brevetée il y a quelques années par l’université de Guelph mesure la capacité d’un animal à se défendre contre les maladies. Elle apporte une nouvelle avenue pour réduire l’incidence des maladies dans les troupeaux laitiers par la sélection de sujets qui peuvent mieux se défendre naturellement grâce à un meilleur système immunitaire. La technologie HIR (Haute Réponse Immunitaire) mesure de façon précise la réponse de chaque animal face aux invasions bactériennes et virales. À la suite d’une entente avec l’université de Guelph, Semex a acquis l’exclusivité d’utiliser cette technologie pour identifier les taureaux qui disposent d’une meilleure immunité et qui sont commercialisés sous la marque Immunité+.

Plusieurs recherches ont démontré les atouts des femelles à haute réponse immunitaire : elles sont moins souvent malades, elles démontrent une meilleure réponse aux vaccins et elles produisent un colostrum de meilleure qualité. Les chercheurs espèrent développer d’ici deux ans un test génomique qui identifiera plus rapidement et à meilleur coût les sujets à haute réponse immunitaire. Il sera alors plus facile pour les éleveurs de sélectionner les meilleures femelles selon leur réponse immunitaire.

En somme, la prévention des maladies a comme avantage notable de réduire l’utilisation des antibiotiques et ainsi d’atténuer la résistance aux antibiotiques des agents pathogènes, une préoccupation croissante du grand public et des intervenants en élevage.

Ce texte est un extrait de l’article de l’agronome Mario Séguin publié dans l’édition de novembre 2015 du Bulletin des agriculteurs.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires