L’alimentation des bovins influence la teneur en vitamine B12 dans le lait

Cela a un impact pour la nutrition humaine

L’alimentation des bovins influence la teneur en vitamine B12 dans le lait

Les conditions ruminales de la vache ont un impact sur la concentration du lait en vitamine B12. Telle est la conclusion que des chercheurs québécois ont tiré d’une recherche visant à améliorer leur compréhension de ce qui permet d’obtenir et de maintenir un haut niveau de vitamine B12 dans le lait.

La vitamine B12 contenue dans le lait est importante puisqu’un seul verre de lait de 250 millilitres renferme 46% des apports quotidiens recommandés pour une personne de 13 ans et plus. Cette vitamine est seulement produite par des microorganismes procaryotes. Or, le rumen des vaches contient une myriade de bactéries capables de produire cette vitamine. Toutefois, la teneur en vitamine B12 est variable (28 à 61% des apports recommandés pour un verre de lait) et c’est pour cela que les chercheurs ont voulu comprendre ce qui l’influence.

Le projet de recherche dirigée par la professeure adjointe Jennifer Ronholm de l’Université McGill rassemble des spécialistes provenant de plusieurs centres de recherche basés au Québec. La recherche a eu lieu en deux études. La première a eu lieu avec 45 vaches logées au Centre de recherche et de développement de Sherbrooke d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. Celle-ci visait à identifier ce qui influence la production de vitamine B12. La seconde a permis de collecter des échantillons de lait du réservoir de 83 fermes laitières dans un rayon de 250 km de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, 26 utilisant de la litière recyclée et 57 utilisaient de la paille. Le but de cette deuxième étude était de vérifier si le type de litière influençait la production de la vitamine.

« Nous avons observé que la concentration de B12 augmente lorsque les conditions du rumen sont optimales, comme avec un pH élevé », peut-on lire dans l’article scientifique paru dans le journal Animals. (https://www.mdpi.com/2076-2615/11/2/532)

Les régimes alimentaires riches en fibres détergentes acides, comme l’herbe, avaient tendance à produire des laits plus riches en vitamine B12. En revanche, les régimes riches en amidon et en aliments à haute teneur énergétique produisaient des laits moins riches en vitamine B12. Dans la deuxième partie, les chercheurs ont remarqué que la nature de la litière n’influençait la teneur en vitamine B12 dans le lait. Dans une prochaine étude, les chercheurs s’intéressent aux fermes laitières biologiques. Ils veulent savoir si le lait provenant de fermes biologiques contient plus de vitamine B12. De plus, en utilisant la génomique, ils évalueront s’il y a un lien entre certaines souches de bactéries et la concentration de vitamine B12.

Source : Université McGill et Animals

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires