Le vêlage : avec ou sans assistance?

Le moment du vêlage est important pour le veau et pour sa mère puisqu’un vêlage inadéquat, aussi appelé dystocie, peut nuire à la lactation et à la reproduction à cause d’un risque accru de métrite et de problème ovarien. Comme nous le savons tous, les vaches suivent un horaire individuel et vêlent souvent à un moment inapproprié pour le vacher, ce qui peut l’inciter à assister trop tôt la vache au vêlage, même si ce n’est pas nécessaire. Connaître le moment propice pour l’assistance à un vêlage est important pour sa réussite et pour permettre une meilleure vie productive à la fois pour le veau et pour sa mère.

Une étude a identifié que les vêlages assistés, comparativement aux vêlages non assistés, conduisent à un indice inférieur de vitalité du veau et à une augmentation de l’incidence de la rétention placentaire et du taux de mortinatalité. Ces chiffres étaient accentués quand l’assistance était réalisée au mauvais moment. D’autres études ont trouvé que les veaux nés d’un vêlage difficile étaient 2,4 fois plus aptes à développer une maladie à moins de 45 jours de vie et qu’il y avait une probabilité plus grande de mourir à l’intérieur de 21 jours de vie.

Pour améliorer le succès du vêlage, il importe d’avoir une bonne compréhension des étapes du vêlage et du moment où une assistance est requise. Il y a trois phases du vêlage.

  • La dilatation : la dilatation du col utérin et les contractions utérines (non visibles) sont souvent accompagnées d’une agitation de la vache, d’une isolation du troupeau, d’une transition couchée/debout fréquente, de beuglements, de décharges fécales et urinaires, de lait qui coule, de l’attache de la queue qui se lève.
  • L’expulsion : l’apparence du sac amniotique, des contractions abdominales visibles et le veau qui bouge dans le tractus génital. Les contractions surviennent toutes les 15-20 minutes au début et la fréquence augmente graduellement.
  • L’expulsion des membranes placentaires : le placenta passe à l’intérieur des 12 heures après la naissance; un délai plus long signifie une rétention placentaire.

En général, l’assistance doit être apportée si la vache est dans la phase 1 depuis plus de six heures, si le sac amniotique et/ou les pieds sont visibles depuis plus d’une heure sans progrès, si la vache est en contraction depuis 30 minutes sans progrès ou, enfin, si la vache a cessé de forcer depuis 15-20 minutes après un progrès, puisqu’une période de repos dure habituellement 5-10 minutes. Enfin, l’assistance est justifiée dans le doute que le veau est dans une position anormale.

Source : Kayla Hultquist, Miner Institute

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires