Les Éleveurs de porcs du Québec lancent un ultime cri du cœur

Les Éleveurs de porcs du Québec lancent un ultime cri du cœur

Les Éleveurs de porcs du Québec ont lancé un cri du cœur lors d’une conférence de presse le lundi 9 août à Sainte-Marie, dans la municipalité voisine de l’usine d’Olymel de Vallée-Jonction où les employés sont en grève depuis le 28 avril, soit depuis 15 semaines.

En raison de cette grève, les porcs s’entassent dans les porcheries et la canicule annoncée pour les prochains jours fait craindre le pire pour les éleveurs de porcs. Pour l’occasion, le président des Éleveurs de porcs du Québec, David Duval, le président de l’UPA, Marcel Groleau, le président des Éleveurs de porcs de la Beauce, René Roy, ainsi qu’une propriétaire d’entreprises porcines de la région, Lori-Anne Berthiaume, se sont unis pour envoyer un ultime cri du cœur aux parties syndicale et patronale pour les inviter à régler le conflit. « Nous sommes les victimes collatérales de cette grève-là », dit David Duval.

David Duval a évoqué la détresse des éleveurs dans le contexte actuel. D’un côté, le bien-être animal les préoccupe. De l’autre, des coûts supplémentaires notamment pour l’alimentation s’ajoutent pour les producteurs. Les cochons en fin d’élevage mangent beaucoup plus. En date du vendredi 6 août, il y avait 136 000 porcs en attente d’abattage. Or, les prochains jours, la température élevée attendue dans les prochains jours rendra cette situation difficile. Les cochons ne sont pas équipés pour naturellement évacuer la chaleur. L'entassement rendra cette chaleur encore plus difficile pour les cochons.

Après 22 séances de conciliation, les deux parties n’ont toujours pas trouvé de terrain d’entente. Lundi, le ministre du Travail, Jean Boulet, anticipait la reprise des négociations le mercredi 11 août en présence des conciliateurs.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires