SRRP : Lancement d’une veille provinciale

Veille SRRPLes Éleveurs de porcs du Québec, le Centre de développement du porc (CDPQ) et l’Université de Montréal viennent de lancer une grande offensive provinciale pour contrer la maladie la plus coûteuse de l’industrie porcine, le syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SRRP). Les pertes annuelles sont évaluées à 38 millions $ pour les producteurs de porcs du Québec.

Une centaine de producteurs et intervenants étaient présents pour l’occasion le 19 août 2014 à Saint-Agapit. Présenté comme la suite des projets CLÉ (contrôle ou éradication du SRRP à l’échelle locale), la Veille sanitaire provinciale (VSP) et le contrôle du SRRP est une initiative des régions des Deux-Rives, de la Beauce et du Centre-du-Québec.

La VSP permet de consulter le statut sanitaire des fermes voisines participantes dans un rayon de 10 km. Il y a toutefois une condition : le producteur doit accepter de s’inscrire et de partager l’information sur son statut sanitaire. Il doit donc autoriser son vétérinaire à transmettre cette information. Les données sont entreposées sur un outil développé par le CDPQ. Pour participer, il faut simplement appeler aux Éleveurs de porcs du Québec (1800 363-7672).

« Le but est de diminuer les coûts de production et donc d’améliorer la santé financière des entreprises », explique Rémi Pettigrew des Éleveurs de porcs du Québec. Depuis 25 ans que sévit le SRRP, les producteurs de porcs du Québec ont connu des pertes d’un milliard $ sur les fermes québécoises. Trente-cinq pour cent des fermes porcines québécoises sont positives au virus du SRRP.

Les instigateurs du projet sont confiants de pouvoir réduire l’incidence de la maladie et donc les pertes pour les éleveurs. À titre d’exemple, grâce un investissement de 1,34 million $/an dans les cinq projets CLÉ en 2012 et 2013, les pertes liées au SRRP ont diminué de 2,4 millions $/an. Les pertes en janvier 2012, soit avant le projet, étaient estimées à 6,8 millions $/an dans les cinq zones impliquées.

« Dans nos régions (Deux-Rives, Beauce et Centre-du-Québec), on aimerait avoir 50% des sites inscrits d’ici la fin de l’année », explique Cécilien Berthiaume, président du comité de promotion de la VSP dans l’est du Québec et animateur de la journée de lancement. Cependant, comme veille provinciale, les producteurs de toutes les régions sont invités à adhérer.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires