Un Symposium sur les bovins laitiers intense en contenu

Les participants étaient captivés par les choix des conférences, le nouveau ministre de l’Agriculture s’invite à l’événement et le président des Producteurs de lait invite à la mobilisation

Environ 550 personnes ont assisté en direct ou en webdiffusion au Symposium sur les bovins laitiers. Ce dernier était organisé par le Centre de référence en agriculture et en agroalimentaire du Québec (CRAAQ) et présenté à Drummondville le 30 octobre 2018. En questionnant les participants, les commentaires allaient tous dans le même sens : les sujets étaient tous intéressants.

De la grande visite…

En marge de l’événement, le nouveau ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, en a profité pour saluer les producteurs laitiers et les gens du secteur. Aucune annonce n’a été faite, sinon de dire qu’il a déjà communiqué avec son homologue fédéral pour établir une collaboration entre les deux gouvernements « afin de relever adéquatement les défis que posent les ententes intervenues dans les derniers accords de commerce ».

Articles connexes

Visite venue du Sud…

Parmi les conférenciers au Symposium, notons la présence de deux chercheurs américains, l’un du Wisconsin et l’autre de la Floride.

Le professeur agrégé Victor Cabrera de l’Université du Wisconsin a discuté de l’importance du groupage des vaches en fonction de leurs besoins alimentaires. Selon lui, de grandes économies peuvent ainsi être obtenues.

La professeure adjointe Édith Charbonneau de l’Université Laval connaît bien ce professeur puisqu’elle vient de passer huit mois au Wisconsin où elle a notamment travaillé avec lui. Madame Charbonneau a par ailleurs présenté un compte-rendu de ses visites de fermes du Wisconsin lors du déjeuner-causerie. En gros, la mentalité rurale du Wisconsin fait en sorte que les agriculteurs n’aiment pas se faire dicter des règles. Il y a donc une marge très grande entre les entreprises socio-responsables et celles qui le sont moins. La pression est cependant de plus en plus grande des milieux urbains. Les entreprises visitées étaient très variées en terme d’efficacité et de pratiques.

Le professeur adjoint Luiz Ferraretto de l’Université de Floride a discuté d’outils pour maximiser l’utilisation de l’amidon dans les rations de vaches laitières. Après sa conférence, toute personne qui n’était pas encore convaincue de l’importance de casser les grains de maïs l’est dorénavant. Il insiste aussi sur l’importance d’une fermentation assez longue, de la récolte à maturité voulue et de l’utilisation d’hybrides procurant un endosperme plus farineux. Il a aussi expliqué comment calculer l’amidon fécal comme moyen pour évaluer à la ferme la digestibilité de l’amidon alimentaire.

Appel à la mobilisation

Suite à l’accord décevant du 30 septembre dernier entre le Canada et les États-Unis, l’AEUMC et l’appui massif des acteurs politiques et de la population, le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre a lancé un appel à la mobilisation pour le dimanche 18 novembre 2018 à Montréal. « Je vous invite à participer en grand nombre le 18 novembre prochain pour une grande marche citoyenne à Montréal, a-t-il dit. La gestion de l’offre est le meilleur moyen pour préserver notre souveraineté alimentaire. »

Reconnaissance

Pour une deuxième année, le prix Alain-Fournier, du nom de l’ancien agronome du MAPAQ, a été remis pour une affiche d’un étudiant s’étant illustré dans le cadre de la session d’affiches. Cette année, le prix a été remis à Jean-Philippe Laroche pour une affiche intitulée : « Changer de graminée fourragère : modélisation des impacts sur la ferme. » Le Coup de cœur du public a pour sa part été remis à Annie Perron pour une affiche intitulée : « L’orge nue peut remplacer partiellement et avantageusement le maïs-grain dans l’alimentation des bovins laitiers. »

« Je suis chef d’entreprise »

La journée déjà chargée s’est terminé sur le lancement de la campagne « Je suis chef d’entreprise » de Valacta. Cette campagne vise à mettre à l’avant-plan le rôle de chef d’entreprise chez les producteurs laitiers et susciter un plus grand intérêt envers la gestion.

Un site web a été créé (www.jesuischefdentreprise.ca), ainsi qu’un groupe Facebook (www.facebook.com/groups/jesuischefdentreprise). Sept producteurs laitiers de six entreprises de différentes régions ont été invités à participer à cette campagne de sensibilisation.

Le Symposium sur les bovins laitiers du CRAAQ a attiré 550 personnes, dont 425 en salle.
photo: Marie-Josée Parent

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires