Une maladie porcine élucidée

ISU

Des chercheurs de l’Université de l’État de l’Iowa, Drew Magstadt, Kent Schwartz, Paulo Arruda et Bailey Arruda, ont travaillé à l’identification du virus causant des tremblements congénitaux chez les jeunes porcelets. Photo : Christopher Gannon.

Dans votre maternité porcine, quelques porcelets souffrent de tremblements. Cet état vous a toujours intrigué, mais sans connaître la cause. Eh bien! Sachez que des chercheurs américains de l’Université de l’État de l’Iowa ont découvert le virus responsable de ces tremblements rencontrés occasionnellement depuis des décennies sur les fermes porcines.

Le virus vient d’une famille connue sous le nom de « pestivirus ». Il infecte les jeunes porcelets et leur fait exprimer des tremblements involontaires. Aux porcelets atteints, on donne parfois le nom de « porcs shaker » ou « porcs dansants ». Dans les cas les plus sévères, les tremblements les empêchent de téter et mènent à la malnutrition.

Les vétérinaires avaient noté les tremblements congénitaux depuis des années, mais n’avaient pas, à ce jour, mis le doigt sur la cause, explique Bailey Arruda, professeur adjoint et vétérinaire pathologiste au département de diagnostic vétérinaire et de médecine de production animale de l’Université. « Ce fut un mystère dans la communauté vétérinaire depuis plus de 90 ans, dit Bailey Arruda. Malheureusement, nous n’avions pas la technologie pour trouver le virus plus tôt. »

L’équipe de chercheurs, en collaboration avec la compagnie Boehringer-Ingelheim Vetmedica, a utilisé des techniques de séquençage d’ADN de nouvelle génération pour détecter le virus dans des échantillons de porcs affectés. L’équipe a ensuite utilisé ces résultats pour reproduire de façon expérimentale les tremblements chez des porcelets nouveaux-nés.

La technique de détection par PCR n’était pas utile tant que la cible n’était pas identifiée. Maintenant que les chercheurs ont identifié le virus, le laboratoire de diagnostic de l’Université de l’État de l’Iowa peut maintant utiliser des tests PCR pour confirmer des cas par simple envoi d’échantillons par un vétérinaire local. La prochaine étape sera de développer un vaccin.

Selon Paulo Arruda, un professeur adjoint en diagnostic vétérinaire et en médicine de production animale, les porcelets avec des tremblements congénitaux sont assez rares, mais le virus peut apparaître dans les cycles. « Même si le virus ne crée pas de problème généralisé dans l’industrie porcine, il peut devenir un problème particulièrement problématique sur des fermes individuelles », dit-il.

Drew Magstadt, un praticien en diagnostic vétérinaire et en médecine de production animale et membre de l’équipe de recherche, explique que le virus n’occasionne aucun problème de salubrité pour la viande et que le virus n’est pas connu pour infecter les humains.

Source : Iowa State University

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires