Le Programme CanadaGAP change de propriétaire

CanadaGAP, le programme national de salubrité des aliments pour les fournisseurs de fruits et légumes frais, sera dorénavant géré par CanAgPlus, un nouvel organisme canadien à but non lucratif qui verra à l’application de CanadaGAP de façon indépendante de l’organisme fondateur du programme, le Conseil canadien de l’horticulture (CCH).
CanadaGAP est un programme de certification de la salubrité des aliments qui a vu le jour en 2008 et qui est maintenant reconnu à l’échelle internationale. Plus de 2000 fournisseurs de fruits et légumes frais participent au programme.

Sous l’égide du nouvel organisme, les exigences du Programme CanadaGAP de même que les processus d’audit et de certification demeurent les mêmes pour les participants au programme et pour les organismes de certification qui effectuent les audits tierce partie. Toutefois, le changement de propriété du Programme CanadaGAP offre de nouvelles opportunités aux participants. Ceux-ci deviennent membres de CanAgPlus, ce qui leur donne de nouveaux droits et privilèges tels ceux d’assister aux assemblées générales annuelles, de soumettre des résolutions, de voter lors des élections du conseil d’administration, etc.
« Le CCH travaille fort depuis longtemps pour aider les producteurs horticoles à se positionner de façon à être compétitifs et à mieux répondre aux exigences du marché; la salubrité des aliments est un élément clé de ce positionnement. Nous sommes fiers du succès de CanadaGAP et le projet de fusion était la suite logique à la mise en œuvre du programme » souligne Anne Fowlie, vice-présidente directrice du CCH.
CanAgPlus a été formé dans le but de fusionner CanadaGAP et le Programme de salubrité des aliments pour les secteurs du remballage et du commerce en gros (SRCG) de l’Association canadienne de distribution de fruits et légumes. « CanAgPlus se réjouit d’offrir la prestation de CanadaGAP à l’industrie des fruits et légumes frais », a déclaré Tom Byttynen, président du conseil d’administration de CanAgPlus. « La nouvelle entité offre de nombreux avantages à ses membres et permet de servir une plus grande base tout en s’acquittant de façon efficace des responsabilités des programmes des organismes fondateurs. »
« La fusion des deux programmes devrait contribuer à réduire les coûts et à améliorer l’efficacité pour l’industrie et les entreprises de production, d’emballage, d’entreposage, de remballage et de commerce en gros », poursuit Jane Proctor, vice-présidente à la gestion des politiques et des questions d’intérêt à l’ACDFL.
Le nouveau programme intégré n’est pas encore disponible, mais les travaux sont en cours et se poursuivront pendant l’année 2013.

à propos de l'auteur

Commentaires