Un cultivar de cerise primé

En effet, la cerise Sweetheart a remporté le Outstanding Fruit Cultivar Award de 2012 de l’American Society for Horticultural Science (ASHS). Le prix a été remis lors du congrès annuel de l’Association qui avait lieu en août.

Ce cultivar a été choisi pour les qualités de son fruit, mais également parce qu’il mûrit tard en saison et qu’il se reproduit par autofécondation. Ainsi, les fruits sont formés même quand les températures du printemps sont plus fraîches que la normale.

Ce cultivar tardif a permis de prolonger la saison des cerises fraîches en Colombie-Britannique et même de relancer l’industrie de la cerise douce de la province. Dans les années 1990, les ventes de cerises à l’étranger s’élevaient à 500 000 $ par année. En 2011, les exportations se sont élevées à 40 M $. Les cerises de la Colombie-Britannique sont exportées aux États-Unis, en Europe et en Asie.

On doit la cerise Sweetheart au Centre de recherches agroalimentaires du Pacifique (CRAPAC) de Summerland, en Colombie-Britannique. Elle a été lancée en 1994 et a permis la création de plusieurs variétés de cerises douces : la Staccato, la Sentennial et la Sovereign.

à propos de l'auteur

Journaliste et rédactrice en chef adjointe

Marie-Claude Poulin

Marie-Claude Poulin est journaliste et rédactrice en chef adjointe au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires