Le “droit de réparer” de retour aux États-Unis

Les agriculteurs pourraient de nouveau faire réparer leurs machineries dans des ateliers indépendants.

Le “droit de réparer” de retour aux États-Unis

L'administration américaine a déposé un décret vendredi dernier qui élargirait les pouvoirs des agricultures dans plusieurs domaines. Le décret permettrait entre autres aux agriculteurs américains de décider qui répare leur machinerie ainsi que plus de pouvoir pour négocier la vente de bétail aux grands transformateurs alimentaires.

La Federal Trade Commission a ainsi reçu le mandat de limiter la capacité des fabricants de matériel agricole à empêcher les propriétaires de tracteurs d'utiliser des ateliers de réparation indépendants ou de réparer leur propre matériel. Reuters rapporte que l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, avait déclaré mardi dernier que ce changement aiderait les agriculteurs "à lutter contre les abus de pouvoir des sociétés agroalimentaires géantes et donnerait aux agriculteurs le droit de réparer leur propre équipement comme ils l'entendent".

La FTC a rédigé un rapport pour le Congrès en mai qui traitait du "Droit à la réparation", abordant les limites imposées par les fabricants qui peuvent réparer des articles allant des téléphones portables aux appareils ménagers en passant par les voitures. Ces limites peuvent également augmenter le prix de ces réparations.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral prévoit demander à l'USDA de modifier des règles pour stimuler la concurrence dans les industries agricoles, dont une en vertu de la loi sur les emballeurs et les parcs à bestiaux, afin de faciliter les réclamations des agriculteurs. Les agriculteurs bénéficieraient également de protections contre d'éventuelles représailles en cas de signalement de mauvaises pratiques.

L'USDA aura aussi le mandat d'émettre de nouvelles règles définissant le port d'étiquettes sur la viande indiquant "Produit des États-Unis". En vertu des règles d'étiquetage actuelles, la viande peut être identifiée « Produit des États-Unis » si elle est transformée aux États-Unis, même si le bétail est élevé à l'étranger puis transformé dans une installation américaine.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires